Coronavirus: les enfants transmettent peu le virus à l’école, selon une étude française

Coronavirus: les enfants transmettent peu le virus à l’école, selon une étude française

Les enfants de 6 à 11 ans transmettent peu le Covid-19 à l’école, que ce soit aux autres élèves ou aux adultes, un constat « rassurant » au moment où les établissements scolaires rouvrent, selon une étude française rendue publique mardi.

« Typiquement, les enfants sont infectés dans les familles, par leurs parents le plus souvent, mais après, transmettent très peu à l’école », explique à l’AFP son auteur principal, Arnaud Fontanet, de l’Institut Pasteur.

1.000 personnes impliquées

Basée sur des tests de détection d’anticorps, l’étude a été réalisée dans six écoles primaires de Crépy-en-Valois (Oise), commune très touchée par l’épidémie en février-mars. Cela représente au total 1.340 personnes (510 enfants, 76 parents, 42 enseignants, plus des personnels non-enseignants et des membres des familles).

Les chercheurs ont identifié trois enfants de trois établissements différents qui étaient infectés par le nouveau coronavirus au moment où les écoles étaient encore ouvertes (elles ont été fermées mi-février pour les vacances puis le confinement dans cette zone rouge).

Or, ces trois enfants n’ont contaminé personne à l’école, qu’il s’agisse d’autres élèves ou d’adultes. Le faible nombre de cas et la durée d’exposition relativement courte (trois semaines, entre fin janvier et mi-février) limitent la portée de ce constat. Pour autant, « c’est une petite brique qui s’ajoute » à d’autres observations similaires à travers le monde, souligne le Pr Fontanet.

Plusieurs travaux précédents ont montré que les enfants transmettaient peu le Covid-19, alors que l’analogie avec d’autres maladies virales comme la grippe avait d’abord fait supposer l’inverse. « À ma connaissance, il n’y a jamais eu d’épidémie (de Covid-19) partie d’une école », poursuit le Pr Fontanet.

Réouverture des écoles

Avant la sortie du confinement en France le 11 mai, le Conseil scientifique chargé d’éclairer le gouvernement, dont fait partie le Pr Fontanet, préconisait pourtant une fermeture des écoles jusqu’en septembre. Cette préconisation n’avait pas été suivie.

À l’époque, « le Conseil scientifique était réservé car la question était difficile à trancher », se souvient le Pr Fontanet. En effet, d’autres études montraient que les enfants pouvaient avoir une charge virale aussi élevée que les adultes, ce qui pouvait faire craindre qu’ils soient tout aussi contagieux.

« En mettant tout ça dans la balance, le Conseil scientifique avait plutôt opté pour la prudence », fait valoir le chercheur. « Mais maintenant, avec l’ensemble des études dont on dispose, je suis d’accord pour dire que le risque de transmission dans les écoles primaires est faible », poursuit-il. « Le risque de démarrage d’une épidémie à partir d’une école, ou même qu’un enseignant soit infecté à partir d’élèves de moins de 10 ans, semble très faible. En revanche, pour des lycéens, je suis plus réservé », note le Pr Fontanet.

Les écoles et les collèges de France ont rouvert pour tous lundi. Jusque-là, seule une petite partie des élèves était accueillie, et pas tous les jours, ce qui suscitait de plus en plus de mécontentement chez les parents. Pour permettre le retour de tous les élèves, le protocole sanitaire a été assoupli.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous