Accueil Monde Afrique

Entre la Belgique et le Congo, le contentieux économique est toujours pesant

Quand le Congo devient indépendant en 1960, les caisses de ce pays que l’on croit riche sont vides, « vidées par la Belgique » disent les Congolais. Soixante ans plus tard, le sujet est toujours sensible.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Ce dimanche de novembre 1988, le maréchal Mobutu joue le grand jeu. Il a invité le Premier ministre belge Wilfried Martens à Gbadolite, son palais de marbre construit dans la province de l’Equateur et, avant toute chose, il convoque la presse belge. Les journalistes qui ont passé la nuit et la journée dans l’avion sont épuisés. Certainement ni prêts ni qualifiés pour affronter le grand déballage qui se prépare. En guise d’apéritif, le président, toque de léopard bien enfoncée, martèle le sol avec sa canne de chef et les apostrophe. Il se plaint d’avoir été insulté, traité de bâtard par certains journaux, il rappelle qu’à l’époque coloniale, il a reçu des coups de chicotte (ce redoutable fouet tressé avec de la peau d’hippopotame). Et puis, tout doucement, il se rapproche du but.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, lundi 29 juin 2020, 16:50

    Joseph Kasa-Vubu,était un sage. Il n'avait aucune chance de garder la main avec des gens qui ne pensaient qu'à renverser la table, à vouloir bouleverser tout tout de suite, en omettant de penser aux moyens, à la sécurité et à l'économique..

  • Posté par Biot Philippe, dimanche 28 juin 2020, 10:16

    Pour faire un peu réfléchir les critiques et les observateurs: Prenons Anvers. N'importe quel flamand vous dira qu'Anvers est d'une importance vitale pour la Flandre ( van levensbelang). Quand il a été question de faire des travaux pour agrandir le port, les néerlandais ont mis le hola! Les flamands ont réagi comme s'ils étaient piqués par un essaim d'abeilles.Ils voulaient que leur Ministre Président convoque l'ambassadeur néerlandais pour lui taper sur les doigts. Une échevine voulait boycoter les moules de Zélande. Pas moins. Imaginez Anvers sans les entreprises étrangères. Imaginez Anvers sans les investisseurs étrangers.....Et voyez ce qu'il s'est passé au Congo....

  • Posté par Biot Philippe, dimanche 28 juin 2020, 10:18

    boycotter.... c'était un problème "écologiste" vite résolu

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 24 juin 2020, 19:46

    Le Congo n'a pas été "assassiné". Toute révolution ou indépendance provoque nécessairement un effondrement économique lié à l'instabilité et aux violences. Ceux qui avaient quelque bien ont fui tant qu'ils le pouvaient. Rester et tenter de maintenir une activité industrielle ou commerciale était tout simplement impossible et même extrêment dangereux alors qu'il n'y avait plus d'état de droit.

  • Posté par Biot Philippe, mercredi 24 juin 2020, 10:58

    Actuellement encore, en Belgique comme ailleurs, les investisseurs apportent des capitaux et en retirent un profit.....dont ils font ce qu'ils veulent. Ford Limbourg, par exemple, n'a pas laissé ses bénéfices en Belgique. Actuellement encore, les gafa refusent même de payer des impôts en Europe. Des communistes se sont émus?. Il parait même que le Che, venant d'Angola, a passé un peu de temps dans les campagnes congolaises. Qui ne se souvient pas des luttes d'influence entre les USA, la France, l'URSS, la Belgique, évidement, la Grande Bretagne.....Et aujourd'hui, la Chine. Pour ce qui concerne les anciens combattants qui ont tracé jusqu'en Egypte, tout ce que la Belgique leur a laissé, c'est la fierté et leur uniforme. Scandaleux!

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs