Sven Gatz: «Nous prônons le 3+1»

Sven Gatz: «Nous prônons le 3+1»
Dominique Duchesnes.

Pour la première fois en Belgique, et en Europe, un ministre est chargé de promouvoir le multilinguisme, dans un but économique, mais aussi de cohésion sociale. Sven Gatz (Open VLD) a souvent évoqué l’importance du trio français-néerlandais-anglais dans la capitale. Mais que fait-on des autres langues qui sont parlées à la maison ? Va-t-on vers une reconnaissance de ces langues ?

« C’est difficile à dire pour le moment », relève le ministre bruxellois. « Nous prônons clairement le “3+1”, c’est-à-dire que nous valorisons les trois langues les plus importantes à Bruxelles – le français, le néerlandais et l’anglais – mais nous voulons aussi donner une place, d’une façon ou d’une autre, aux autres langues maternelles qui y sont parlées. Parce qu’il ne faut pas dire aux gens qui parlent arabe ou espagnol, par exemple, qu’ils ne sont pas multilingues. Ils le sont également. Je ne sais pas si on doit compliquer les choses en reconnaissant les autres langues de façon formelle, mais elles ont très certainement une place. Pour trouver le bon équilibre, je pense qu’on aura déjà plus de perspectives d’ici deux ou trois ans, voire cinq. L’important est de comprendre qu’il ne s’agit pas uniquement du trilinguisme. On parle ici véritablement de multilinguisme. Et le multilinguisme, ce n’est pas un problème. C’est peut-être un challenge, mais ça peut surtout devenir un objectif politique. »

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous