Deux ans de RGPD: le premier bilan est bon pour la Commission

Deux ans de RGPD: le premier bilan est bon pour la Commission
D.R.

Un peu plus de deux ans après sa mise en oeuvre, le Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) a « rencontré la plupart de ses objectifs » mais il reste du travail pour s’assurer de sa mise en pratique uniforme et intégrale à travers toute l’UE, a conclu mercredi la Commission européenne après un premier rapport d’évaluation. Une attention particulière devrait être portée aux petites et moyennes entreprises dans cet effort, qui ont été nombreuses à rapporter des difficultés de mise en œuvre.

Le RGPD est « une référence à travers le monde, pour les pays qui veulent offrir à leurs citoyens un haut niveau de protection. Mais on peut faire mieux », a indiqué le commissaire compétent Didier Reynders mercredi, à l’issue de la réunion hebdomadaire avec ses 26 collègues. « La Commission va surveiller les progrès, en coopération étroite avec le Comité Européen de la Protection des Données et à travers ses échanges réguliers avec les États membres, pour que le RGPD puisse atteindre son plein potentiel ».

Le rapport d’évaluation publié mercredi par l’exécutif européen pointe quelques points à améliorer, dont la mise en pratique du droit à la portabilité des données et une meilleure harmonisation entre Etats membres de l’application des règles du RGPD et des moyens (humains, financiers) mis à disposition des autorités nationales chargées d’y veiller. Il faut que le règlement soit appliqué partout avec « la même force », souligne Didier Reynders, et avec une autorité nationale capable de réagir efficacement donc munie de moyens suffisants.

La coopération entre autorités nationales via le Comité Européen de la Protection des Données doit également être améliorée, avec davantage de clarté sur les règles procédurales, note le rapport.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous