Sabotage de Doel 4: des perquisitions sur le site de la centrale nucléaire

Sabotage de Doel 4: des perquisitions sur le site de la centrale nucléaire

Le parquet fédéral a confirmé les informations de la chaîne flamande VRT selon laquelle il a mené ce mercredi une perquisition sur le site de la centrale nucléaire de Doel. Contrairement à ce qui a un temps été dit, il n’y a par contre pas eu de perquisition au siège bruxellois d’Engie Electrabel, l’exploitant du parc nucléaire belge. « Des perquisitions ont eu lieu sur le site de Doel », explique pour sa part Anne-Sophie Hugé, porte-parole de l’énergéticien. Elles font partie d’une enquête en cours. Nous apportons et nous avons apporté notre pleine collaboration. Et nous faisons confiance aux travaux en cours ».

Ces perquisitions ont donc eu lieu dans le cadre de l’affaire du sabotage du réacteur de Doel 4, intervenu en août 2014. À l’époque, une ou plusieurs personne(s) non encore identifiée(s) à ce jour avai(en)t intentionnellement ouvert à la main la vanne de décharge d’un réservoir d’huile de la turbine du réacteur. Environ 65.000 litres d’huile s’étaient alors écoulés dans un bassin de sécurité. L’incident avait provoqué l’arrêt automatique du réacteur, sans toutefois que survienne un danger d’ordre nucléaire. L’arrêt prolongé (plus de quatre mois) du réacteur et les réparations des installations avaient entraîné un coût de l’ordre de 100 millions d’euros pour Engie Electrabel.

L’exploitant avait déposé plainte contre X et le parquet fédéral avait ouvert une enquête, qui n’a pas encore abouti. En novembre dernier, la police fédérale avait publié un portrait-robot à la demande du parquet fédéral et du parquet de Flandre-Orientale, précisant qu’un « un inconnu a(vait) été remarqué par un superviseur » le jour des faits.

Sur le même sujet
Police et justice
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous