Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: vers une commission sur la gestion de la crise du coronavirus

Trois textes ont été examinés au Parlement bruxellois ce mercredi dont celui porté par les partis de la majorité qui souhaitent une commission spéciale. Le PTB et le CDH penchent, eux, pour une commission d’enquête.

Journaliste service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Réuni ce mercredi au Parlement bruxellois, le bureau élargi (majorité et opposition) a examiné différentes propositions visant à se pencher sur la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement régional et le collège de la Commission communautaire commune.

Avec notamment un texte porté par les partis de la majorité (PS, Ecolo, Défi, Groen, Open VLD et One Brussel) qui prône une commission spéciale. « La crise mondiale engendrée par la pandémie de Covid-19 a fait vivre aux habitant.e.s de notre pays une situation inédite. C’est bien sûr aussi le cas des Bruxelloises et des Bruxellois, pour qui cette crise a eu et aura encore de nombreuses conséquences au niveau économique, social et psychologique », pointent les auteurs dans un communiqué. Objectif annoncé de cette proposition : tirer les leçons de la pandémie. « Celle-ci portera une attention particulière aux aspects et aux conséquences sanitaires, organisationnels, économiques et sociaux de la crise, et établira des recommandations à destination du gouvernement régional bruxellois et du Collège réuni de la Commission communautaire commune afin d’améliorer nos réponses collectives aux chocs sanitaires futurs ».

La N-VA souhaite également une commission spéciale. « Le problème est que cette demande touchait des matières mono-communautaires qui ne peuvent être examinées au niveau du parlement bruxellois, indique Rachid Madrane (PS), le président du Parlement. Le texte devrait donc être modifié ». Le PTB demande, lui, une commission d’enquête.

Le CDH a, de son côté également fait part de sa préférence pour une commission d’enquête. « On en a discuté, aucun texte n’a encore été déposé mais s’il arrive dans les délais impartis, nous sommes d’accord de l’inscrire ».

À l’heure actuelle, trois textes, ceux de la majorité, du PTB et de la N-VA, sont donc pris en considération et seront présentés le 3 juillet en séance plénière. Au sortir du vote, les propositions retenues seront renvoyées pour analyse en commission des affaires générales. Nouveau vote et, ensuite, retour en séance plénière, probablement à la mi-juillet où les parlementaires prendront une décision finale. « Imaginons que celle de la majorité l’emporte, on pourrait lancer une commission spéciale un peu sur le mode de ce qui s’est fait pour les tunnels mais rien ne dit que cette commission spéciale ne se transformera pas en commission d’enquête par la suite comme c’est déjà arrivé », précise encore Rachid Madrane. « L’une n’est pas meilleure que l’autre, la différence étant que la commission d’enquête permet d’obliger les gens à venir ».

En termes de calendrier, on peut tabler sur un début des travaux à la rentrée. « Ce qui n’est pas plus mal car la crise n’est pas encore terminée », conclut le président du Parlement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 25 juin 2020, 12:24

    C'est fou ce que ces politiciens ont de temps pour se réunir en commission d'enquête, alors qu'ils n'ont pas été en mesure d'agir efficacement AVANT et PENDANT. De toute façon, ce sera une fois de plus pour distraire la galerie, et dans X temps, à une prochaine crise, on constatera que rien n'aura été prévu, anticipé, préparé.

  • Posté par Diogènes Alexandre, mercredi 24 juin 2020, 18:40

    Question: la participation à une commission d'enquête donne-elle lieu à un jeton de présence, un émolument, bref à un supplément d'Euros?

  • Posté par Biot Philippe, mercredi 24 juin 2020, 17:51

    Il faut absolument étudier/discuter l'avant crise. Ce qui a causé les dégâts c'est l'impréparation. Rien ou presque n'était prévu pour une épidémie. Les moyens, l'équipement, le matériel indispensable n'existaient pas ou vraiment trop peu pour que les divers personnels de santé puissent travailler efficacement et en toute sécurité. Il faut préciser pourquoi et dans quelle mesure le budget (Madame Wilmès) des soins de santé (Dr de Block) avait été réduit par le gouvernement de législature encore complet. Toute la comédie des blouses, des masques....en a découlé. Comparez avec le Grand Duché de Luxembourg dont les responsables étaient prêts. Et avec quel résultat!

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo