Accueil Culture Cinéma

La sortie ciné: «Éperdument» ou défense d’aimer derrière les barreaux

De Pierre Godeau, avec Guillaume Gallienne, Adèle Exarchopoulos, 110 mn. ★★

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Un homme, une femme. Un directeur de prison, sa détenue. Un amour impossible. Sur cette trame inspirée de faits réels d’après le roman de Florent Gonçalves Défense d’aimer, Pierre Godeau a surtout eu la bonne idée de réunir deux tempéraments : Guillaume Gallienne, l’imprévisible, et Adèle Exarchopoulos, la sauvageonne. Cela donne un corps à cœur animal fascinant. On ne sait toujours pas si Adèle l’instinctive a une amplitude de jeu autre que brute et frontale, mais sa puissance naturelle est idéale pour ce drame sentimental. Pur produit de la Comédie-Française, Gallienne cheveux défrisés et longs opère une transformation physique séduisante. Le look bobo barbu lui donne le charme qui fait qu’on croit à l’étincelle de l’amour. Soufflant le chaud et le froid, ces deux-là vont s’aimer jusqu’à se perdre. C’est le genre d’histoire qui prend aux tripes. Or, le film ne vibre pas intrinsèquement de ce tourbillon d’amour irrationnel. On ne ressent pas les vertiges, la chair, les larmes, la folie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs