Accueil Société

Prostitution de mineurs: Child focus tire le signal d’alarme

Child Focus s’est penché sur le problème des proxénètes d’adolescentes pour brosser le scénario d’une descente aux enfers. Avec un constat : le contexte institutionnel rend quasi impossible la prise en charge des victimes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

En 2016, seize membres du groupe de rap « Négatif clan » comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour répondre, entre autres, de viol, d’incitation à la débauche, d’exploitation de la débauche et d’extorsions. L’argent récolté par l’exploitation de ces adolescentes, dont des mineures d’âge puisque la plus jeune avant 15 ans seulement, servait à financer la musique et les clips ; d’autres victimes arrivaient alors, convaincues de fréquenter des « stars », puis exploitées. Child Focus s’est penché sur cette problématique des proxénètes d’adolescents, publiant à ce sujet, ce jeudi, un rapport de plus d’une centaine de pages. Les difficultés que l’association a rencontrées pour réaliser cette étude – des centaines de contacts ont été nécessaires pour au final s’entretenir avec 39 interlocuteurs – est à l’image de la complexité du contexte institutionnel.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs