Accueil Opinions Débats et idées

Faut-il s’excuser en politique?

En quelques semaines, Sophie Wilmès, Philippe Goffin puis Maggie De Block ont avoué avoir commis des erreurs dans la gestion de la crise sanitaire. Une attitude plutôt rare dans ce milieu.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Faute avouée est à moitié pardonnée, dit le dicton. Mais en politique, il est traditionnellement peu suivi : les mea culpa ne sont pas légion.

Pourtant, depuis le début du confinement, la Première ministre Sophie Wilmès a regretté le mauvais timing d’un point presse du Conseil national de sécurité et a promis qu’elle en avait tiré les leçons, le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a présenté ses excuses pour le cafouillage à la frontière franco-belge lors du week-end de la Pentecôte tandis que, ce mercredi, la ministre de la Santé, Maggie De Block, admettait avoir « fait des bêtises » dans la gestion de la crise – précisant aussitôt qu’il n’y a que ceux qui ne travaillent pas qui n’en font pas.

Pour Lieven De Winter, professeur de science politique à la KU Leuven et à l’UCLouvain, les trois cas ne sont pas nécessairement d’égale importance.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Propronet Juste, mardi 30 juin 2020, 8:54

    Faute = C4 sans indemnités.

  • Posté par Lahaye Olivier, lundi 29 juin 2020, 18:33

    Il faudrait surtout que les politiciens sachent dire: "Je me suis trompé".

  • Posté par Esquenet Alexandre, lundi 29 juin 2020, 17:06

    Faute avouée à moitié pardonnée.

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs