Accueil Auto

Thomas Ingenlath: «Polestar veut favoriser le basculement vers l’électromobilité»

100 % électrique et 100 % digital, ce nouveau constructeur automobile chinois débarque cet été avec un modèle qui ambitionne de concurrencer la Tesla Model 3. Rencontre avec le CEO de Polestar, l’allemand Thomas Ingenlath.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Malgré la crise du Covid et les perturbations qu’elle a entraînées dans l’industrie automobile chinoise, les premiers modèles 100 % électriques de la nouvelle marque automobile Polestar sont bien arrivés au port de Zeebruges ce vendredi. Ils sont destinés aux marchés suédois et norvégien. Les véhicules pour la Belgique suivent et seront disponibles dès le mois d’août. C’est le véritable début de l’histoire pour ce constructeur entièrement dédié à l’électrique et qui ne vend ses véhicules qu’en ligne. Filiale du groupe chinois Geely, tout comme Volvo, il commercialisait déjà depuis janvier un modèle hybride sportif mais de façon confidentielle vu son caractère très exclusif (160.000 euros). Avec ce deuxième modèle, Polestar vise un public beaucoup plus large (59.800 euros, prix catalogue, tout de même) et vient marcher sur les plates-bandes de la Tesla Modèle 3. Rencontre avec son CEO, l’allemand Thomas Ingenlath, ex-grand patron du design chez Volvo.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Esquenet Alexandre, mardi 7 juillet 2020, 7:20

    Bien. A noter qu'il y a Kia et Hyundai qui proposent la même autonomie que les Tesla model 3.

Aussi en Auto

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs