Conner Rousseau critique le comportement «désobligeant» de George-Louis Bouchez

Conner Rousseau critique le comportement «désobligeant» de George-Louis Bouchez
Belga

Dans un long entretien accordé au journal flamand De Morgen, le président du SP.A s’est longuement exprimé sur les négociations fédérales qui animent le pays depuis plus d’un an. « Je ne vois pas quelle coalition pourrait être intéressante pour nous, sans le PS. C’est un peu cliché, mais je me concentre vraiment sur le contenu. Si c’est un bon projet pour nous, pourquoi ne le serait-il pas pour le PS ? », a affirmé le politicien.

Revenant sur les négociations des derniers mois, Conner Rousseau s’est dit « déçu » de sa première rencontre avec les présidents de parti au château de Lembeek. « Ce sont des gens très ordinaires qui parlent beaucoup ». Un petit mot sympathique néanmoins pour son collègue du PS, Paul Magnette, « très intelligent », et Gwendolyn Rutten, l’ancienne présidente de l’Open VLD. « Dommage qu’elle ait été traitée d’une façon aussi impitoyable ». Il se rappelle que, au mois de mars, alors que les partis tentaient de former un gouvernement d’urgence pour faire face au coronavirus, Rutten est « restée très calme, remettant en place Bouchez (président du MR, ndlr) lorsque c’était nécessaire ».

Et justement, l’entente avec George-Louis Bouchez ne semble pas au beau fixe, contrairement à Bart de Wever. « Ça ne colle pas idéologiquement avec De Wever, mais j’apprécie sa franchise. Je pensais qu’il me regarderait de haut : ‘Mais qui êtes-vous ?’. Mais non, il m’a parlé tout de suite avec beaucoup de respect. C’était un débat entre égaux ». Contrairement à Bouchez. « En tant qu’informateur, il était à l’époque très désobligeant à propos de mon sac à dos. Il disait : ‘Regardez, l’écolier est là’ ».

Lorsque De Morgen présente Bouchez, le journal parle en ces termes : « le Conner Rousseau francophone : un jeune type avec le bon look qui veut conquérir le monde de la politique par aux réseaux sociaux ». « Oh maintenant, vous commencez à m’insulter », répond Rousseau au journaliste en rigolant. « Je ne veux énerver personne, mais à l’époque, j’étais particulièrement déçu qu’il n’ait jamais transcendé ce jeu politique. À l’époque, Bouchez semblait particulièrement préoccupé par lui-même et disait quelque chose de différent chaque semaine », regrette le président du SP.A.

Ses propos n’ont pas tardé à être relevés par George-Louis Bouchez, qui n’a pas manqué de lui répondre. « Le côté constructif de certains… le genre de phrase qui aide dans les relations interpersonnelles. Une vraie preuve de maturité ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous