Accueil Monde Europe

La radioactivité d’origine humaine en faible hausse en Europe du Nord

Selon les calculs de l’Institut néerlandais pour la Santé publique et l’Environnement (RIVM), « les radionucléides proviennent de la direction de la Russie occidentale » même si les mesures ne permettent pas d’identifier une localisation plus précise.

Temps de lecture: 2 min

La Finlande, la Suède et la Norvège ont relevé ces derniers jours de faibles niveaux inhabituels de radioactivité d’origine humaine, une hausse inoffensive pour l’homme qui selon un institut néerlandais trouverait sa source dans ou à l’ouest de la Russie.

L’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires, dont les stations permettent également de mesurer des hausses de radioactivité d’origine civile, a publié une carte sur Twitter indiquant la zone d’origine probable de la source, selon ses mesures.

Le secteur recouvre grosso modo le tiers sud de la Suède, la moitié sud de la Finlande, l’Estonie, la Lettonie, ainsi qu’une large zone entourant la frontière nord-ouest de la Russie, y compris Saint-Pétersbourg.

À lire aussi Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

Ces isotopes (césium 137, césium 134 et ruténium 103, notamment) « sont très vraisemblablement d’origine civile. Nous sommes en mesure d’indiquer la région probable de la source, mais cela ne fait pas partie du mandat du CTBTO (acronyme anglais de l’organisation, ndlr) d’en déterminer l’origine exacte », a commenté sur Twitter Lassina Zerbo, le secrétaire général de l’organisation internationale basée à Vienne.

Le producteur russe d’électricité nucléaire Rosenergoatom a démenti de son côté tout incident dans les deux centrales qu’il exploite dans ce secteur.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une