Le choix de la rédaction
  1. Olaf Scholz (SPD) et Amin Laschet (CDU) au coude à coude dimanche soir.

    Elections allemandes: un fauteuil pour deux prétendants

  2. Dix-huit ans après la loi de sortie du nucléaire, les réacteurs tournent toujours...

    Dernière ligne droite pour savoir si la Belgique ferme enfin les centrales nucléaires… ou pas

  3. Ann Biebuyck, CEO de Lunch Garden, croit en l’alliance de marques belges pour doper le trafic dans ses 75 restaurants loudement impactés par la crise sanitaire.

    Pour sortir de l’ornière, Lunch Garden joue la carte belge

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: quand l’extrémisme devient la normalité

    Imaginez cela : en prélude aux élections législatives belges, une chaîne de télévision en Belgique organise deux heures et demie de débat entre un néo-bolchevique et un néofasciste, à l’exclusion de toutes les tendances plus modérées du spectre politique. Le scandale serait considérable et les protestations tonitruantes.

    Or nous venons, en France, de vivre un tel événement sans, qu’apparemment, cela ne choque qui que ce soit. Eric Zemmour y affrontait Jean-Luc Mélenchon. L’un qui est structurellement candidat à la présidence de la République, l’autre qui l’est potentiellement. L’un qui se réclame de Charles Maurras, l’autre de Léon Trotski. La modernité en marche. L’un, Mélenchon, qui s’insurge contre le système dont il est devenu un pilier, l’autre qui stigmatise une pensée unique dont il est en train de devenir l’un des omniprésents représentants.

    Car le cas Zemmour est proprement inouï : le polémiste est partout, sur toutes les radios, sur toutes les télévisions, dans tous les journaux, on ne voit, on n’entend que lui, on ne...

    Lire la suite

  • Vaccination: des chiffres wallons à prendre avec des pincettes

    Selon Christie Morreale, un effet Covid Safe Ticket (CST) se ferait déjà sentir en Wallonie bien que l’obligation de ce sésame sanitaire ne soit programmée qu’à la mi-octobre. En 24 heures, se réjouit la ministre régionale de la Santé, 4.000 rendez-vous ont été pris pour la vaccination, soit cinq fois plus que les moyennes précédemment enregistrées.

    A ce stade, que dire sinon que ces chiffres ne signifient pas grand-chose, et qu’on attend surtout d’un éventuel sursaut qu’il se transforme...

    Lire la suite