Accueil Société

Obésité: le suivi des patients opérés inégal d’un hôpital à l’autre

Les Belges sont de plus en plus nombreux à se faire opérer pour perdre du poids. Mais l’accompagnement pré et postopératoire reste très variable. Le KCE propose de ne confier la chirurgie bariatrique qu’aux hôpitaux les plus expérimentés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Un Belge sur cent a déjà eu recours à de la chirurgie bariatrique pour perdre du poids et ce chiffre ne devrait faire qu’augmenter d’année en année. En Belgique, 33,4 % des adultes sont en surpoids et 16 % sont obèses.

Des interventions qui entraînent une perte de poids immédiate et durable à condition que le patient parvienne à adapter ses habitudes alimentaires et son mode de vie.

Les chances de succès, lorsque l’on opte pour la chirurgie, sont encore plus grandes si les personnes opérées font l’objet d’un suivi médical, nutritionnel et psychologique avant l’intervention et pendant au moins deux ans après. Car l’acte chirurgical ne règle pas tous les problèmes sous-jacents.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs