Accueil Société Enseignement

Enseignement: de l’huile dans les rouages du décret titres et fonctions

L’école est gangrenée par la surcharge administrative. La ministre Désir prépare notamment un décret qui devrait apporter, et un début de solution, et un peu d’huile dans les rouages du mécanisme « titres et fonctions ».

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Pour les syndicats, c’était une avancée majeure et l’assurance de mettre le professeur le plus adéquat au bon endroit. Pour les directions, par contre, c’est devenu un cauchemar quotidien, parce que trouver le professeur le plus adéquat suppose une concordance parfaite entre l’offre et la demande, voire une offre supérieure à la demande. On parle ici du décret « titres et fonctions » organisant la distribution des matières aux diplômés présents sur le « marché ». On parle en aussi de « titres requis », de « titres suffisants », de « titres en pénurie », de « chambre de pénurie », de « PV de carence »... Qui, tous ensemble, créent un système d’une complexité administrative rare. Et qui provoque la pénurie actuelle d’enseignants ? « Le décret titre et fonctions a été accusé d’être la cause de la pénurie actuelle. La réalité c’est que la pénurie existait déjà quand il a été appliqué mais il l’a sans doute aggravée », dit Caroline Désir (PS), ministre de l’Education.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 30 juin 2020, 3:20

    ÊTRE OBLIGES de suivre pendant un an les cours sans intérêt dont certains sont infantilisants pour des étudiants ayant réussi des masters en maths, physique, langues germaniques, etc détournent de l'enseignement des diplômés spécialistes matières dont plusieurs sont en pénurie! En outre, l'idée d'accompagnement par des profs ayant une certaine ancienneté les répugne : ils maîtrisent leur discipline et savent comment la présenter! Ils ne veulent pas de béquilles car ils refusent d'être des assistés!IL FAUDRAIT ARRETER AVEC CET ASSISTANAT A TOUT VA!C'EST UN MEPRIS DE GENS FORMES!!!

  • Posté par Olivier Pierre, lundi 29 juin 2020, 18:15

    Certains PO font déjà un peu ce qu'ils veulent à coup de passe-droits de tous genres. Quand la ministre prône la confiance dans ces "politicards", on sent bien d'où vient le vent.

  • Posté par ADAM Jean-Victor, lundi 29 juin 2020, 12:58

    Il faut creér une agrégation courte. Sinon ça ne marchera pas. Peu de jeunes veulent consacrer un an à apprendre des bétises psycho-pédagogiques.

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 29 juin 2020, 21:26

    Demande pertinente! Pour des étudiants qui ont réussi un master en maths, physique, langues germaniques, etc autrement dit des étudiants qui sont capables d"étudier" des cours de haut niveau, les cours d' information, de description, de bon sens, d'histoire de l'éducation que dispensent la faculté de psycho-pédagogie ne nécessitent pas de cours organisés et pire IMPOSES! Ils peuvent être LUS!!! Qu'y a-t-il a exposer? Qu'y a-t-il a expliquer??? AGREGATION EN UN AN = PERTE DE TEMPS !!!

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs