Elio Di Rupo: «L’histoire de la N-VA et du Vlaams Belang va encore plus loin que ce que nous pensions»

Elio Di Rupo: «L’histoire de la N-VA et du Vlaams Belang va encore plus loin que ce que nous pensions»
Photo News

L’ancien président du PS, Elio Di Rupo, ne voit pas son parti entrer dans une coalition avec la N-VA, surtout maintenant que, selon Gwendolyn Rutten (Open VLD) et le leader du parti Theo Francken, la N-VA était sérieuse quant à la formation d’un gouvernement avec le Vlaams Belang. « Cette histoire du Vlaams Belang confirme ce que Paul Magnette et moi craignions depuis un certain temps. Nous ne savions pas que cela allait aussi loin », déclare Elio Di Rupo lundi dans De Standaard.

Gwendolyn Rutten, ancienne présidente d’Open VLD, a déclaré vendredi que lors de la formation du gouvernement flamand l’an dernier, la N-VA avait explicitement demandé à l’Open VLD et au CD&V de monter dans un gouvernement avec le Vlaams Belang. Ils seraient « richement récompensés » pour cela, selon Rutten.

Pour Elio Di Rupo, cela montre que la coopération avec la N-VA sera très difficile. « Cela confirme ce que Paul Magnette et moi craignions depuis un certain temps. Nous ne savions pas que cela allait aussi loin. Si la N-VA veut collaborer avec le Vlaams Belang, il est alors totalement impensable que nous entrions dans un gouvernement avec eux. »

Le Vlaams Belang est un parti qui est « dans le fond » raciste, dit Di Rupo. « Chaque fois qu’un tel parti d’extrême droite arrive au pouvoir, vous constatez que les droits fondamentaux de l’homme, les libertés individuelles et les syndicats sont sévèrement restreints. Je comprends parfaitement que Gwendolyn Rutten ait immédiatement dit non à cela ».

Dans le passé, le PS et la N-VA n’ont jamais trouvé le moyen de travailler ensemble, dit Di Rupo. « Bart (De Wever) savait très bien ce qui était essentiel pour nous convaincre. Mais il n’a donné aucune réponse encourageante. S’ils avaient vraiment voulu travailler avec nous, ils auraient fait les choses différemment. Ils nous auraient alors demandé de faire des choses pour rassurer leurs propres militants ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous