Les Tuniques bleues dégainent les albums plus vite que leur ombre

Depuis un demi-siècle, il ne peut y avoir un an sans un nouvel album des Tuniques bleues.
Depuis un demi-siècle, il ne peut y avoir un an sans un nouvel album des Tuniques bleues. - Dupuis.

Créée par Raoul Cauvin, le scénariste aux 50 millions d’albums, la série des Tuniques bleues est un best-seller depuis 1968. Né dans le journal Spirou, l’anti- western du sergent Chesterfield et du caporal Blutch est un classique de la bande dessinée belge. Dans ces récits flingués d’humour noir, Raoul Cauvin se rit de l’héroïsme, fiche des coups de baïonnette au racisme et casse l’image romantique de la guerre de Sécession popularisée par Autant en emporte le vent. Traduits en quinze langues, plus de vingt millions d’albums des Tuniques bleues ont été vendus à travers le monde.

Aujourd’hui, à plus de 80 ans, Raoul Cauvin abat sa dernière carte. Il a fait déposer par le Pony Express dans la boîte aux lettres de son complice, Willy Lambil, le scénario d’un ultime album, le 64e. Mais pour la première fois en un demi-siècle, le dessinateur ne sera pas en mesure de boucler l’aventure avant la fin de l’année. Du coup, les éditions Dupuis ont décidé, en concertation Willy Lambil, d’avancer la réalisation et la publication du tome 65.

L’artiste espagnol Jose Luis Munuera, familier de l’histoire de la Guerre de Sécession avec sa série Fraternity, et le couple de scénaristes français BeKa, bien connu des jeunes abonnés au Journal de Mickey, ont été choisis pour imaginer un titre des Tuniques bleues respectueux des codes narratifs et de l’humour de Raoul Cauvin. Ce 65e album, publié donc avant le 64e, mettra en scène le premier correspondant de guerre de l’histoire de la presse moderne, l’Anglais William Howard Russell. Intitulé L’Envoyé spécial , l’épisode paraîtra le 30 octobre 2020. Le tome 64 sera, quant à lui, en librairie à l’automne 2021. Willy Lambil assure, par ailleurs, qu’il continuera de chevaucher sa table à dessin pour dessiner d’autres aventures des Tuniques bleues, aussi longtemps que La Porte du paradis ne s’ouvrira pas devant lui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous