Accueil Monde France

Macron ne veut pas laisser aux écolos le monopole du vert

Après le triomphe des écologistes, le président a vertement réagi. Il retient presque toutes les idées de la convention citoyenne sur le climat et n’exclut pas un référendum.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

C’est ce qui s’appelle un agenda qui tombe à pic. Au lendemain de la claque cinglante que son parti, la République en marche, a essuyée aux élections municipales, le président français a trouvé l’occasion de répondre aux écologistes qui se sont emparés pour la première fois des plus grandes villes du pays. Alors qu’il recevait, dans les jardins de l’Elysée (un signe à lui seul ?), les cent cinquante membres de la convention citoyenne sur le climat qui ont planché pendant neuf mois sur les moyens de réduire le réchauffement, il a saisi l’occasion pour répondre aussi aux vainqueurs de dimanche. Paraphrasant Giscard s’adressant à Mitterrand en 1974, il leur a adressé en substance ce message : « vous n’avez pas le monopole du vert ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, lundi 29 juin 2020, 23:45

    Un référendum en France !... Cela ne veut strictement rien dire. Cela n'a qu'une valeur consultative et populiste dont la plupart du temps le pouvoir ne tient pas compte.

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs