Accueil Opinions Éditos

Colonisation du Congo: enfin ce geste si nécessaire, qui grandit le Roi et son pays

Pour Philippe, cette prise de parole était d’autant plus difficile que cela s’inscrit en rupture avec son oncle et mentor, le roi Baudouin.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

A l’époque de l’État indépendant du Congo, des actes de violence et de cruauté ont été commis qui pèsent encore sur notre mémoire collective. La période coloniale qui a suivi a également causé des souffrances et des humiliations. Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé [...]. »

Il y a dix ans à Kinshasa, ces mots-là étaient attendus par tout un peuple qui fêtait les 50 ans de son indépendance. Le roi Albert II avait fait le déplacement pour ce qu’on espérait être le moment clé qui allait enfin permettre de regarder une histoire commune avec sérénité, ou à tout le moins, vérité. La déception fut très grande face à un manque de courage, de grandeur, de lucidité car assumer ces responsabilités coloniales aurait permis de reconnaître le passé, mais surtout de solidifier l’avenir. C’est donc Philippe, le seul Roi qui n’a jamais été dans l’ex-colonie belge, qui assume, dix ans plus tard, et pose ce geste fort et historique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Pochet Bernard, mardi 7 juillet 2020, 20:28

    Mon père a travaillé quelques années au Congo et Nigeria et quand il revenait, en général tous les 3 mois, on écoutait ses récits où il parlait de boy qu'on faisait travailler à coup de 'trique' comme il disait et ou il racontait avec ironie les comportements souvent comique et idiot des africains. A l'époque on le trouvait bien sur très courageux d'être aller là bas pour nous offrir une vie meilleure et de bonnes études à ses enfants. Son discours était bien évidement très raciste mais à cette époque, mon père parlait de bougnoules, qui puaient, sales, ... et personne n'y trouvait rien à redire. J'ai retrouvé il n'y a pas si longtemps de nombreuses photos où ce n'est pas cette image qui domine, mais celle de quelqu'un qui vivait en bonne entente avec les congolais. Je pense maintenant qu'il n'avait pas d'autre choix de parler d'une manière raciste car autrement il aurait probablement été discrédité et perdu sa situation.

  • Posté par cobbaert jean, mardi 7 juillet 2020, 15:53

    C'était normal. Ses prédécesseurs à la tête de la Belgique n'ont pas fait dans le détail : de Léopold II et Albert I, avec le travail forcé pour l'exploitation du caoutchouc, à Baudouin, avec le pillage du Congo et l'assassinat de Patrice Lumumba, ils ont fait fort...

  • Posté par Nijs Eric, samedi 4 juillet 2020, 23:03

    D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi on a quitte et abandonne ce pays. Maintenant , une population la plus pauvre du monde vivant dans le pays le plus riche d’Afrique . Tous le monde sait a qui cela profite Et si vous ne savez j’invite la redaction du Soir de vous l’expliquer.

  • Posté par Nijs Eric, samedi 4 juillet 2020, 22:35

    Et les Allemands ils se sont excuses pour les massacres de la population Belges? Les Turcs pour le genocide des Armeniens. etc ...

  • Posté par elias jacques, mercredi 1 juillet 2020, 11:26

    Je me demande quand même si le Congo va s'excuser pour les militaires belges exécutés il y a quelques années ???

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs