Febelfin s'oppose à un service bancaire de base pour les entreprises

Les banques belges sont un "maillon fondamental" dans la prévention et la détection du crime organisé, notamment le terrorisme et le trafic de drogues, considère Febelfin. Une relation bancaire avec des entreprises qui n'adhèrent pas aux principes de traçabilité et de transparence des transactions est dès lors généralement en contradiction avec la lutte contre la criminalité financière.

Le rôle des banques dans la lutte contre la criminalité financière et organisée s'est d'ailleurs accentué ces dernières années, rappelle la fédération. "Toutes les banques sont tenues d'être vigilantes quant aux pratiques financières suspectes liées au blanchiment d'argent, à la fraude ou au financement du terrorisme. Elles doivent détecter ces pratiques de manière proactive et, si nécessaire, mener des enquêtes plus approfondies et signaler ces pratiques aux services compétents."

D'après Febelfin, la loi sur le service bancaire de base contraindrait en outre les banques à motiver les raisons pour lesquelles elles refusent certains clients, ce qui est pourtant interdit par la loi relative à la lutte contre le blanchiment d'argent dans certains cas.

"Si l'idée de fournir un service bancaire de base aux entreprises peut paraître à première vue séduisante, il s'agit en fait d'un emplâtre sur une jambe de bois qui ne résout aucunement le problème de fond, à savoir la détection régulière de transactions financières suspectes et, en conséquence, la mise à l'écart des personnes morales objectivement suspectes", ajoute la fédération.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous