Accueil Opinions Chroniques

«Lettre du Brexit»: Rishi Sunak et Marcus Rashford, les deux visages de la crise du Covid-19

La pandémie de coronavirus a mis en exergue le dynamisme du multiculturalisme « made in England » par le truchement de son ministre des Finances et de la star de Manchester United.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Bientôt la fin ? Boris Johnson place tous ses espoirs sur un accord portant sur la relation future entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Alors que les tractations étaient enlisées, les lignes ont soudainement bougé. Si même « Bo Jo » a l’air d’y croire, tous les espoirs sont permis ! Le « Covid-19 » est passé par là. Les Britanniques sont d’autant plus demandeurs qu’ils ne peuvent se permettre un deuxième choc provoqué par un Brexit brutal après la pandémie. Simple comme bonjour.

Donc, l’optimisme qui prévaut à Londres laisse augurer d’un largage des amarres en bon ordre au 31 décembre 2020, quatre ans et demi après le fatidique référendum sur le Brexit.

Plate-forme offshore aux portes de l’UE, acceptation totale des inégalités, soft power universitaire et culturel, retour à la souveraineté nationale et surtout immigration à la carte : le pays sera désormais libre de se forger un nouveau destin planétaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Hayne Jean, mercredi 1 juillet 2020, 17:27

    IL est temps que le gouvernement met fin à ses remarques désobligeantes envers notre pays. L'herbe est toujours plus verte ailleurs a eux d'aller voir. Ses personnes qui réclament n'ont jamais connu autre pays que le notre avec tout les avantages .

  • Posté par Wilmot Jeremy, mercredi 1 juillet 2020, 12:01

    Un edito qui nous "vend" le communautarisme britannique! On doit aimer cette préparation des esprits à Molenbeek.

  • Posté par Quadflieg Laurent, mardi 30 juin 2020, 18:08

    Selon l'article, en matière de multiculturalisme, si je comprends bien, il faut compter les gens selon leurs origines, leur couleur et les aligner dans une matrice afin de comparer les totaux par colonne? Et le fait que deux personnes n'ayant pas la carnation des angles d'origine pointent de la mélasse où croupit la pauvreté britannique serait équivalent à ce jeu comptable? L'Angleterre, n'est en rien multiculturaliste parce qu'un pakistanais a des chances de devenir the prime ou par ce qu'un gentleman du gazon a le sens civique. Le fait que des personnes d'une autre culture ou pas se rendent compte que l'action individuelle doit profiter aussi à la société, cela s'appelle de l'altruisme, rien d'autre. Vouloir souligner en ces actes la couleur de la peau des protagonistes est analogue à se borner à ne connaître de Brel qu'il fût belge, alors que lui même n'en avait strictement rien à foutre. Quant à croire qu'un pays qui autorise des tribunaux religieux à décider du sort des femmes qui veulent un divorce soit un pays moderne, c'est un aveuglement somme toute bien paradoxal pour un témoin qui oublie, au bénéfice de deux personnes au teint plus café que thé, qui oublie, dis-je, de signaler que la majorité de la population UK était demanderesse de ce comportement socialiste. En bref signaler les actes de ces deux personnes, il le fallait! Coter la complexion de leur peau, je cherche encore l'intérêt qu'y vit l'auteur de ce billet.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs