Accueil Monde Union européenne

Union européenne: l’Allemagne attendue quasi comme le messie

Berlin a pris le 1er juillet la présidence tournante du Conseil de l’UE. Elle sent la multitude d’attentes que cela suscite, au moment de la pire crise de l’Histoire de l’UE.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

C’est finalement assez rare que la prise d’une présidence tournante du Conseil de l’UE (le cénacle où négocient les pays européens) fasse l’objet de tant de presse internationale.

A compter de juillet et pour les six prochains mois, l’Allemagne sera donc chargée d’être l’architecte des compromis entre Etats membres sur des questions législatives mais aussi sur de plus larges orientations politiques.

Le moment est symbolique, la chancelière allemande, Angela Merkel, est au beau milieu de son quatrième mandat. Et de nombreux commentateurs voient dans la présidence allemande du Conseil de l’UE son opportunité de laisser un héritage européen, alors même que l’UE traverse la crise économique la plus grave de son Histoire et qu’elle a besoin d’un équipage solide pour l’aider à traverser la tempête.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs