Introduction de drogues, relations avec des détenus: une vingtaine d’agents pénitentiaires licenciés pour «pratiques illicites» en 2019

Introduction de drogues, relations avec des détenus: une vingtaine d’agents pénitentiaires licenciés pour «pratiques illicites» en 2019
Belga

L’an passé, 22 agents pénitentiaires ont été licenciés pour « pratiques illicites », selon les données livrées par le ministre de la Justice Koen Geens (CD&amp ; V), interrogé à ce sujet par un sénateur, et citées dans les titres Sudpresse jeudi.

Selon le ministre de la Justice Koen Geens, les actes illicites donnant lieu à des licenciements, concernent l’introduction frauduleuse de stupéfiants (3 dossiers en 2019), mais aussi des contacts illicites (les agents ne peuvent pas avoir de contacts avec des détenus en dehors de la prison), des relations avec des détenus ou encore des infractions à la réglementation en matière de maladie. On parle ici, notamment, des agents, hommes ou femmes, qui entretiennent une relation sentimentale avec un ou une détenue. Et qui mettent du coup en péril la sécurité d’une prison.

En 2019, 74 dossiers disciplinaires ont été ouverts, dont 26 dans les prisons du Nord du pays, 39 en Wallonie (dont 7 à Jamioulx et 7 à Mons) et 9 à Bruxelles. Un total de 22 agents a été licencié la même année (5 en Flandre, 2 à Bruxelles et 15 en Wallonie). Il y a notamment eu 4 licenciements à Jamioulx et 3 à Nivelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous