«La Wallonie plus communiste que néolibérale»: le gouverneur de la BNB revient sur ses propos polémiques

«La Wallonie plus communiste que néolibérale»: le gouverneur de la BNB revient sur ses propos polémiques
Pierre-Yves Thienpont

Pierre Wunsch est revenu sur ses propos au sujet de la Wallonie pour la RTBF. Dans un entretien accordé à la revue Louvains de l’UCLouvain, le gouverneur de la Banque nationale (BNB), Pierre Wunsch, avait estimé  « qu’avec 70 % de dépenses publiques en 2021-2022, la Wallonie sera « plus proche d’un régime communiste que d’un régime néo-libéral ».

Il précise aujourd’hui : « L’économie wallonne n’est évidemment pas une économie communiste, mais ce qui est vrai – et je crois qu’on doit en être conscient – c’est qu’en termes de dépenses publiques à l’échelle de l’OCDE, on est les troisièmes plus élevés. C’est un choix de société, mais qu’on ne nous dise pas qu’il y a un gros problème de réduction de dépenses publiques, qu’il y a un gros problème de manque de dépenses publiques en Belgique. »

Pour le gouverneur de la Banque nationale, « on a fait un choix, on a des dépenses publiques qui sont très élevées, et singulièrement, si on regarde en Wallonie, ce n’est pas tellement que les dépenses sont plus élevées en Wallonie par habitant, elles sont probablement assez comparables à la Flandre, mais c’est que notre assise économique est trop faible, et donc non seulement la Belgique est aujourd’hui globalement en déficit, mais en plus la Wallonie dépend en partie des transferts de la Flandre. Donc, si on fait la somme de ces deux choses, ça veut dire qu’il y a une part substantielle des dépenses publiques en Wallonie qui aujourd’hui relèvent d’endettement ou qui sont financées par des transferts de la Flandre. Il faut donc quand même être un peu prudents et se rendre compte qu’on atteint certaines limites. »

Une capacité à financer les dépenses publiques moindre en Wallonie

Pierre Wunsch explique que « quand on est à plus de deux tiers du PIB, peut-être même 70 % de dépenses publiques en rapport au PIB wallon, le gros problème est quand même que notre assise marchande pour financer tout ça est trop faible, et ce n’est pas un choix idéologique en faveur de l’entreprise, c’est simplement que si on regarde la situation en Wallonie, c’est ça qui manque. L’assise économique est trop faible, donc, encore une fois, si on regarde le niveau de dépenses publiques, en Wallonie il est assez comparable, et à l’échelle belge, les dépenses sont assez comparables dans les trois Régions, mais la capacité à financer ces dépenses publiques est moindre en Wallonie, elle est insuffisante. »

« On ne peut donc pas plaider pour l’un sans être attentif à l’autre. On ne peut pas plaider toujours pour plus de dépenses publiques – et si c’est un choix de société, pourquoi pas – mais sans en même temps s’inquiéter du fait que ça doit être financé et il y a quand même un contexte politique aujourd’hui qui fait qu’une des sources de financement, qui sont les transferts nord-sud, semble être remise en question par certains. »

Sur le même sujet
SociétéBelgiqueBNB
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous