Accueil Belgique Politique

Bouchez: «Je laisse la liberté de vote aux députés MR sur la loi dépénalisant l’IVG»

Le MR ne demande pas à ses députés de voter le report de la loi.

Temps de lecture: 2 min

Le vote sur la loi dépénalisant totalement l’avortement, élargissant le délai d’interruption de grossesse de 12 à 18 semaines et réduisant le délai de réflexion de 6 à 2 jours doit normalement intervenir ce jeudi après-midi, à la Chambre. Le CD&V, le CDH, le Vlaams Belang et la N-VA sont opposés à la proposition dans sa version actuelle. La question était de savoir si le MR allait rejoindre ceux qui veulent retarder le vote en usant de la procédure parlementaire.

À lire aussi Dépénalisation de l’IVG: un jour historique… ou un énième report

La réponse est non. Le MR ne se joindra pa comme un seul homme à ceux qui veulent gagner du temps, animés notamment par la crainte que le vote perturbe les négociations en cours en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. « Après réflexion entre l’intérêt du pays à avoir un gouvernement et la nécessité de faire valoir le débat parlementaire, j’ai décidé de laisser la liberté de vote à tous les députés MR », nous annonce Georges-Louis Bouchez, le président du parti.

Il précise. « J’aurais pu imposer un vote permettant de gagner du temps et d’emprunter une voie de procédure. Mais il y a longtemps que le texte de la loi sur l’avortement existe, il y a longtemps qu’on aurait déjà dû former un gouvernement et cela n’aurait pas été glorieux de faire encore traîner les choses. Il restait quelques artifices de procédure possibles mais il ne faut pas utiliser la réglementation parlementaire à des fins pour lesquelles elle n’est pas prévue. Comme c’est un vote sur une question de fond, on en revient à la tradition libérale de liberté de vote. »

Georges-Louis Bouchez ajoute que, même avec des artifices de procédure, il n’était pas acquis que le texte puisse être reporté jusqu’en septembre (ce qui aurait peut-être pu permettre la formation d’un gouvernement avant). « Mais il faut arrêter les manœuvres et aller au bout des choses. Je ne pense pas que les convictions de chacun changeront si on attend encore. On a l’occasion de poser un vote historique sur une question de tout temps cruciale dans ce pays. Que le vote soit favorable ou non à cette loi, quand on a l’occasion de trancher, il faut le faire. »

Difficile de dire si ceci permettra l’approbation de la loi cet après-midi, mais cela ôte en tout cas des armes à ceux qui comptaient sur les libéraux francophones pour obtenir un nouveau report.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

  • Posté par Bougelet Philippe, jeudi 2 juillet 2020, 17:51

    Avis aux Trump, Netanyahu, Erdogan, Li Xi Ping, Bolsonaro, et autres terreurs : La Belgique possède bien Elle, un exemplaire de dictateur pseudo démocrate

  • Posté par Dubois Raymond, jeudi 2 juillet 2020, 15:54

    Et MOI je considère qu 'il faudrait d'abord ECOUTER l'avis des femmes - TROP d'hommes ... depuis des siècles décident ce qui est bon pour leurs épouses - filles - soeurs - nièces ..... CELA SUFFIT . Les femmes ont des droits - CERTAINS hommes devraient apprendre à respecter leurs CHOIX.

  • Posté par Debrabander Jean, jeudi 2 juillet 2020, 15:42

    Je n'ose surtout pas froisser le CD&V dans les négociations pour mettre le PS dehors !

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 2 juillet 2020, 15:36

    M. Bouchez présente comme SA décision ce qui est la position habituelle du MR dans les questions éthiques. De la même façon, lorsque Mme Wilmès a recueilli l'approbation générale pour sa gestion de la crise sanitaire, il a élégamment glissé dans une interview "les ministres que J'ai nommés". Sa façon de se hausser du col est puérile et ridicule.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 2 juillet 2020, 19:46

    Confirmation : au JT, M. Bouchez vient d'affirmer : "JE suis un parti libéral".

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Budget: la Wallonie attend la sanction de Moody’s

L’an dernier, l’agence de notation avait dégradé l’appréciation de la Région juste avant les débats budgétaires. Cette fois, la note se fait attendre. Suspense : le déficit est revu à la baisse, mais la dette continue de s’accroître.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une