Selon Test Achats, certains gels hydroalcooliques sont mal étiquetés

Selon Test Achats, certains gels hydroalcooliques sont mal étiquetés
AFP

Les gels hydroalcooliques inspectés par l’organisation de défense des consommateurs Test Achats contiennent suffisamment d’alcool pour être efficaces et protéger le consommateur contre le coronavirus, mais leur étiquetage n’est cependant pas assez précis.

Pour qu’un gel hydroalcoolique soit efficace contre les virus et les bactéries, sa teneur en alcool doit être comprise entre 60 % et 95 %, rappelle Test Achats. La norme actuelle imposée par les autorités belges est de minimum 70 %. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a, quant à elle, posé la limite à 60 %. Parmi les quinze gels inspectés par l’association de protection et de défense des consommateurs, tous respectaient les mesures de l’OMS. Dix des quinze produits testés contenaient plus de 70 % d’alcool, trois étaient entre 65 % et 70 % et deux entre 60 % et 65 %.

Aucun détail relatif aux ingrédients

Test Achats regrette néanmoins que l’étiquetage des produits ne mentionne pas toujours le pourcentage d’alcool contenu. Cinq des produits testés ne le mentionnaient pas, tandis que quatre flacons n’affichaient aucun détail relatif aux ingrédients. « L’apposition d’une liste d’ingrédients n’est pas obligatoire pour les gels hydroalcooliques soumis à la législation sur les biocides. Néanmoins, cette liste d’ingrédients permettrait aux utilisateurs susceptibles de subir une réaction allergique, d’être informés des substances continues dans le gel. » Cela permettrait en outre au consommateur d’évaluer la protection offerte par le produit. Test Achats exige donc une règlementation plus stricte sur l’étiquetage des solutions hydroalcooliques.

Par ailleurs, l’association a constaté une baisse du prix des gels. « Alors qu’à la fin avril, le consommateur payait encore en moyenne 57,48 € pour un litre de gel hydroalcoolique contenant au moins 70 % d’alcool, il paie désormais 38,6 €» note Test Achats, avant de modérer ce constat : « Bien sûr, la réduction de la TVA de 21 % à 6 % pourrait avoir joué un rôle dans cette évolution ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous