Accueil La Une Belgique

Le chantage du CD&V laisse les négociateurs circonspects

Joachim Coens a appuyé sur le bouton « pause » des discussions au fédéral. Il est fâché et déçu par l’attitude de Georges-Louis Bouchez (MR) avec qui il tente, ainsi que le VLD, de trouver une nouvelle majorité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

La fumée n’est ni grise, ni blanche et encore moins orange en ce qui concerne les négociations visant à former un gouvernement fédéral. Jeudi matin, on se laissait pourtant aller à espérer des avancées, le SP.A ayant fait parvenir ses desiderata au trio MR, VLD, CD&V. Un trio qui tente d’inclure les socialistes flamands dans une majorité qui réunirait théoriquement aussi la N-VA et le CDH.

Ce petit signal positif a toutefois été balayé quelques heures plus tard par Joachim Coens. Le président du CD&V, et donc membre du trio de formateurs, a menacé de tout laisser tomber. Rien avoir avec les demandes du SP.A. Coens est fâché sur Georges-Louis Bouchez (MR) parce qu’il a eu le culot de laisser la liberté à ses députés de voter pour ou contre la dépénalisation de l’avortement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs