Accueil La Une Belgique

Bruxelles: une inadéquation forte entre l’offre et la demande

A Bruxelles, le manque de qualifications des candidats explique la pénurie. Et, pour partie, des métiers qui nécessitent un diplôme de l’enseignement supérieur. Bref, la Région ne maîtrise qu’en partie sa politique de l’emploi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Plus d’un métier sur trois ! Parmi les 150 fonctions critiques recensées depuis 2017, 58 sont récurrentes dans la liste annuelle dressée par Actiris.

Ce qui frappe à première vue n’est pas le manque de candidats disponibles. Le taux de chômage, même en baisse, reste élevé sur Bruxelles. De quoi permettre à Bruxelles Formation, qui couvre 45 de ces professions insuffisamment rencontrées, de mettre les postulants éventuels à niveau. D’ailleurs, le manque de CV n’est invoqué que dans le cas de 22 métiers. Et notamment pour tous les emplois exigeant un diplôme d’ingénieur. La capitale en manque cruellement.

On pourrait également se tourner vers les conditions de travail. Elles expliquent en partie le manque de volontaires pour prester dans le secteur des soins de santé. Et notamment le manque de médecins généralistes dans la capitale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs