Accueil Société

Le top 20 des métiers en pénurie à Bruxelles et en Wallonie

En trois ans, quelque 150 métiers différents ont été classés comme fonctions critiques à Bruxelles et en Wallonie. Un tiers d’entre eux l’ont été chaque année. La raison principale n’est pas la même dans chaque région.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Plusieurs milliers d’offres d’emploi, insatisfaites. Chaque été, les offices régionaux de l’emploi publient la liste des fonctions critiques. Soit les métiers pour lesquels ils ont éprouvé des difficultés à trouver des candidats, voire n’en ont pas déniché. En 2019, 4.441 annonces (15,6 %) du Forem n’ont pas trouvé preneur en Wallonie.

Cette liste ne cesse de s’allonger. Pour l’année écoulée, le Forem a identifié 125 fonctions critiques. Soit 25 de plus que l’année précédente. En douze mois, 44 professions y ont fait leur apparition et 19 en sont sorties. A Bruxelles, la liste est longue de 112 fonctions, soit 12 de plus qu’en 2018 et 13 nouvelles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Jacquiez jean-michel, dimanche 5 juillet 2020, 13:23

    j'ai 60 ans et suis ouvrier boucher depuis 43 ans parce ça me plait toujours ,le travail est rudes, les journées commencent tôt et surtout les salaires sont peu attractifs , 1660 € par mois sans rien de plus après autant d'années

  • Posté par Clinet M-r , samedi 4 juillet 2020, 17:24

    La féminisation des noms de métiers, vous ne connaissez pas? Le point médian non plus? Pour votre gouverne, il s'obtient en tapant alt + maj + f avant le e (et en muselant le correcteur automatique). Exemples: aide-ménager·e, infirmier·e, électricien·ne, enseignant·e… Alternative: la double flexion, par exemple puériculteur/puéricultrice, conducteur/conductrice de poids lourds… La forme masculine n'est pas neutre. Au contraire, elle insinue que les femmes n'ont rien à faire dans les métiers en question, de la même manière que les hommes ne se sentiraient pas concernés si on proposait un poste d'aide-ménagère. Beaucoup de travailleuses ont été en première ligne pour assurer notre survie durant la période la plus dure de l'épidémie et ce serait un minimum de ne pas renvoyer insidieusement les femmes hors du marché du travail.

  • Posté par Alessandro Amico, samedi 4 juillet 2020, 19:45

    vous n'avez retenu que ça de l'article ? décevant

  • Posté par OPDEBEECK Jean-Marie, samedi 4 juillet 2020, 16:00

    La liste des métiers en demande est évidemment tenue ´top secret’ pour les Flandres..

  • Posté par Jaspers Marie, samedi 4 juillet 2020, 13:51

    A Morgenthal Jean-Claude: pour les études HEC je voudrais faire deux remarques : 1) les étudiants peuvent les bacs dans une HEP de commerce, que je ne peux nommer, puis via les passerelles démagogiques s'inscrire en master HEC.Ils court-circuitent ainsi la sélection pratiquée dans les bacs HEC. Ce choix est bien conscient et délibérer : "pourquoi se faire "moffler à l'université vu qu'on peut passer par....qui est beaucoup plus simple car plus pratique? Notamment par le cours de maths.Je connais le problème vu que je donne des cours particuliers dans les deux types de bacs.Et comment peuvent-ils suivre et réussir les masters? Parce qu'il y a beaucoup de travaux qui se font par copier-coller!!!Il y a une différence fondamentale entre les deux formations qui ne se marque pas dans le titre! C'est, a priori, injuste pour ceux qui ont fait les bacs universitaires mais peut-être les employeurs rétablissent-ils la justice en différenciant les octrois d'emplois? Ce que j'espère!!!2)Les diplômés de HEC peuvent enseigner les maths dans le secondaire supérieur alors que pour tous les maths ont été un problème : ils ont, tout juste, appliqué des maths mais n'en maîtrisent pas le formalisme indispensable pour assurer le cours dans le secondaire où l'on ne peut se permettre, sans tromper la population, de se limiter à faire des applicateurs de formules ou singes savants.Dans le secondaire, le cours de maths doit formuler correctement les concepts, exiger la justification de ce que l'on fait c'est-à-dire exiger LE POURQUOI" et non se limiter au COMMENT auquel cas le cours de maths n'est ni formatif ni utile pour les études scientifiques!!!Encore une fois je connais vu que je donne des cours particuliers à des élèves du secondaire supérieur et en 3 ans, j'ai vu presque tous les cours des profs de tous les profs de maths de la région liégeoise.J'en connais beaucoup plus que les inspecteurs!!! Pour plusieurs de mes élèves qui ont des profs de maths issus de HEC, je dois REFAIRE LES COURS ECRITS et les élèves me disent :"Mais c'est facile! Avec vous, Madame, je comprends"!!!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs