Accueil Belgique Politique

Le CD&V lie le dossier IVG à la formation d’un gouvernement, pas le CDH

Enième rebondissement, ce jeudi, la loi IVG n’est pas passée et a été à nouveau renvoyée au Conseil d’Etat. Le CD&V met une grosse pression sur le VLD et le MR.

Temps de lecture: 4 min

Les opposants à la proposition de loi dépénalisant et assouplissant les conditions de l’avortement ont obtenu jeudi de consulter le Conseil d’Etat sur de nouveaux amendements. Ils étaient plus de 50 députés, issus de la N-VA, du CD&V et du Vlaams Belang, à soutenir la demande. Le CDH était favorable à cette requête mais n’a pas pris part au scrutin. Le vote final de la proposition, attendu ce jeudi, est une nouvelle fois reporté.

Le CD&V bloque la loi IVG et la formation d’un gouvernement

«Dans une telle matière, nous ne pouvons prendre aucun risque», s’est justifié le chef de groupe CD&V, Servais Verherstraeten, énumérant les points où, selon lui, des problèmes se posent encore. Les chrétiens-démocrates auraient voulu que la proposition puisse à nouveau être examinée en commission mais aucune majorité ne se dessinait sur ce point.

Le CD&V veut inscrire le dossier de l’avortement à l’agenda de la formation d’un gouvernement fédéral, a expliqué jeudi son président, Joachim Coens, en marge de la séance plénière de la Chambre à laquelle il a assisté depuis la tribune du public. Si ce n’était pas le cas, il juge inutile de poursuivre les discussions qu’il mène actuellement avec ses homologues de l’Open Vld et du MR.

«C’est important pour nous. On parle d’une vie qui n’est pas encore née et de la protection de la femme car les balises pénales disparaissent si quelque chose ne se passe pas comme il faut. On doit savoir que pour nous c’est un dossier crucial», a-t-il expliqué.

«Je veux savoir si ce dossier peut être l’objet des discussions, sinon, nous ne continuerons pas», a-t-il ajouté.

Si ce n’était pas le cas, M. Coens et ses homologues libéraux, Egbert Lachaert et Georges-Louis Bouchez «ne formeront plus un trio», a-t-il averti.

Le CDH opposé à l’extension du délai légal de 12 à 18 semaines

Même s’il existe une majorité parlementaire pour le voter, le texte demeure controversé. «J’entends l’appel de très nombreux citoyens. S’il y a une majorité ici, je ne suis pas sûre qu’il y ait une majorité dans la population», a affirmé Catherine Fonck (CDH).

Le CDH souhaite que la période qui s’ouvre avec la consultation du Conseil d’Etat soit mise à profit pour faire évoluer la loi sur l’avortement.

Les centristes soutiennent la dépénalisation complète de l’IVG pour les femmes et une réduction du délai de réflexion, actuellement de 6 jours. Ils se disent également partisans d’un cadre limitant tout risque de pression sur la femme tout en permettant la prise en compte de l’avis du père et le respect de la liberté d’expression. Il est également nécessaire de mieux prendre en compte des situations difficiles après 12 semaines de grossesse, estiment-ils.

Le CDH s’oppose en revanche à l’extension du délai légal de 12 à 18 semaines, dès lors que cela permettrait une IVG sans motif médical à 5 mois, et à la dépénalisation complète des médecins qui pratiqueraient des IVG en méconnaissant la loi.

Les centristes appellent à un consensus plus large «entre l’ensemble des partis qui souhaitent faire évoluer significativement mais raisonnablement la loi».

«Ce n’est pas à coups d’exclusives fondées sur des clichés que l’on fera avancer un dossier à ce point sensible. Écoutons-nous mutuellement et essayons de converger», a conclu le parti.

Le CDH n’entend pas lier ce dossier à la constitution d’un gouvernement. «Il est évident que démocratiquement, l’heure viendra de se prononcer. En attendant, il n’apparaît pas opportun que ce dossier conditionne la mise en orbite d’un gouvernement d’action, quel qu’il soit, dont les Belges ont besoin face à la crise socio-économique majeure qui est à nos portes», a précisé le président, Maxime Prévot, sur Twitter.

Les partisans du texte ont exprimé leur indignation devant cette façon de faire qui s’apparente à leurs yeux à de l’obstruction parlementaire. C’est en effet le troisième renvoi du dossier au Conseil d’Etat, une pratique tout à fait inhabituelle au parlement belge. Le Conseil d’Etat s’est déjà exprimé sur la proposition elle-même et, le mois passé, sur des amendements.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, samedi 4 juillet 2020, 15:38

    @Stenuit, considérer que porter le délai à 18 semaines est de la bigoterie est une insulte à la réalité scientifique bien connue déjà par le couple "Lallemand-Michielsen" qui ont fixé à l'époque le terme de 12 semaines lors de leur proposition de loi adoptée par le Parlement; ni l'une ni l'autre n' étaient des piliers de bénitier (que du contraire) mais des humanistes conscients d'une barrière à ne franchir pour éviter la qualification d'homicide..Ces laïcs purs et durs ont donc refusé, après mûre réflexion, de choisir l'option laxiste trop souvent privilégiée aujourd'hui.

  • Posté par Stenuit Fernand, vendredi 3 juillet 2020, 13:39

    A voir la fréquentation des églises vides , il pourrait sembler que la religion n'est plus le moteur du problème . Mais la droite (bien pensante ?) ne peut pas faire Fi des tentations bigotes d'une partie de ses électeurs .

  • Posté par Biot Philippe, vendredi 3 juillet 2020, 11:39

    En gros, Joachim souhaite mettre le problème de l'avortement au frigo. Comme le problème de l'augmentation des salaires, des retraites, et des budgets de la santé, ne doiventt pas l'emballer, nous allons avoir un gouvernement qui discutera de couillonades

  • Posté par Gits Gisèle, vendredi 3 juillet 2020, 11:21

    Ces partis sont lamentables. Femmes, secouez-vous . Dites haut et fort aux prochaines élections que votre corps VOUS appartient et qu'il n'est pas une colonie de la Flandre . C'est à vous de décider de vos choix de vie, pas à eux! Ma grand- mère votait catho parce qu'on avait toujours voté catho dans la famille et que mon grand- père imposait toujours ce vote, mais c'était il y a 50 ans . Maintenant, en principe, on réfléchit et on se passe de l'avis du pape, de la famille, père et mari compris, quand il s'agit de son corps. Plus de 60 ans que nos mères se battent pour cette liberté de choix. J'ai plus de 70 ans et j'aimerais que pour mes petites-filles, ce ne soit plus un combat mais un acquit DÉFINITIF. Honte à ceux qui feront alliance avec ces anti-démocrates-chrétiens

  • Posté par stals jean, samedi 4 juillet 2020, 14:54

    Mais madame, voila 30 ans qu'en Belgique l'avortement médicalement assisté est parfaitement légal. Athée viscéral, et défenseur acharné du droit le plus absolu des femmes en âge de procréer de pouvoir se passer de l'avis "des curés" et de qui que ce soit d'ailleurs quand il s'agit de décider en toute légalité, je le répète, d'interrompre une grossesse non désirée, je fais partie des personnes qui considèrent que de passer à 18 semaines de grossesse pour encore pouvoir avorter en toute légalité, ce n'est pas raisonnable. Entre 12 et 18 semaines le développement de l'embryon du début de la grossesse devenu foetus presque viable hors de l'utérus de la mère est considérable, Si la plupart des pays ont fixé 12 semaines maximum de grossesse délais après lequel l'avortement est interdit, ce n'est pas pour rien. En Hollande on le sait, l'avortement pratiqué en salle d'opération spéciale est encore permis à 20 semaines, alors qu'à ce stade de la grossesse ce futur bébé est déjà doué de tous ses membres, et même de ses cinq sens, elle, il le fait d'ailleurs savoir à sa mère en "gigotant"...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs