Accueil Belgique Politique

Report du vote sur la dépénalisation de l’avortement: «Une gifle pour les femmes», dénonce Sophie Rohonyi

Pour la députée Défi, il s’agit d’une manœuvre dilatoire et d’un marchandage politique.

Temps de lecture: 2 min

La députée fédérale pour le parti Défi était l’invitée de La Première ce matin pour parler de la loi dépénalisant totalement l’avortement et l’autorisant jusqu’à 18 semaines. « Je n’en ai pas dormi. Ce travail était abouti, on avait une majorité. Le texte était consensuel et porté par 8 partis de gauche comme de droite, du nord et du sud du pays  », explique-t-elle d’emblée. Elle dénonce « une gifle » pour les femmes.

Pour l’élue Défi, « il fallait tenir compte d’une réalité : le rôle du législateur, c’est d’être pragmatique. Chaque année entre 500 et 1000 femmes doivent se rendre aux Pays-Bas pour avorter parce que les conditions légales en Belgique sont trop strictes. On doit pouvoir répondre à la détresse de ces femmes, quand bien même elles sont minoritaires ».

Du marchandage politique

Sophie Royonyi a également dénoncé « des amendements déposés par la N-VA, le CD&V et le cdH qui n’apportent absolument rien de neuf par rapport à ce qui a déjà été validé à deux reprises en commission. On ne fait pas du marchandage politique, encore moins du chantage, sur le dos des femmes », estime-t-elle. Tout en interrogeant : « En quoi bloquer cette avancée va pouvoir débloquer la crise politique dans laquelle on se trouve depuis un an ? Une minorité refuse de voir une majorité parlementaire qui s’est dégagée. »

À lire aussi Dépénalisation de l’avortement: avec des amis comme ça, la démocratie n’a plus besoin d’ennemi

« Je n’ai jamais vu pareille manœuvre dilatoire. Quand on était dans l’opposition face à un gouvernement MR-N-VA, on est allés devant le Conseil d’État une ou deux fois. Mais pas autant pour cadenasser un débat et empêcher une avancée significative et historique pour les droits des femmes. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Lambert Charles, vendredi 3 juillet 2020, 18:36

    C'est une honte! Il y plus de 50 ans que ce sujet est sur la table. Avec nos représentants nous retournons à l'âge de la pierre. GLB n'a pas donné de consigne de vote à ses représentants. Plus courageux quand il s'agit de terrasser le dragon à Mons que de défendre le droit des femmes. Petit!!!

  • Posté par Poels Celine , vendredi 3 juillet 2020, 12:12

    A quand un "Coluche" en Belgique? => https://www.facebook.com/Ina.fr/videos/282385085765002/

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Wallonie attend la sanction de Moody’s

L’an dernier, l’agence de notation avait dégradé l’appréciation de la Région juste avant les débats budgétaires. Cette fois, la note se fait attendre. Suspense : le déficit est revu à la baisse, mais la dette continue de s’accroître.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une