Voitures électriques: Bruxelles veut installer 11.000 bornes de recharge d’ici 2035

Voitures électriques: Bruxelles veut installer 11.000 bornes de recharge d’ici 2035
Belga

Le gouvernement bruxellois a défini une stratégie pour multiplier l’installation de bornes de recharge électriques des véhicules accessibles au public au cours des prochaines années. La note rédigée dans ce sens par Bruxelles Environnement et Bruxelles Mobilité, en collaboration avec Sibelga et Brugel, table sur un objectif d’onze mille bornes de recharge censées « être suffisantes à l’horizon 2035 », ont expliqué vendredi matin le ministre bruxellois de l’Environnement Alain Maron (Ecolo) et la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen).

La vision stratégique a été élaborée en tenant compte du plan régional de mobilité « Good Move », pierre angulaire de la stratégie de report modal pour les années à venir, qui fixe notamment pour objectif de réduire l’utilisation de la voiture personnelle de 24 % d’ici 2030, et de quadrupler l’utilisation du vélo. Autre élément déterminant : le développement de la zone de basses émissions (LEZ) bruxelloise, traduisant la volonté de la Région-capitale de sortir du diesel au plus tard pour 2030, et de l’essence et du LPG au plus tard pour 2035.

Bruxelles compte actuellement quelques centaines de bornes électriques (publiques et privées confondues), pour quelque 2.600 véhicules électriques.

Pour amorcer la pompe, le gouvernement bruxellois avait décidé, en août 2018, d’attribuer à Pitpoint une concession de services pour la fourniture, l’installation et l’exploitation d’infrastructures de recharge accessibles au public pour véhicules électriques dans la Région de Bruxelles-Capitale, en tout une centaine de bornes accessibles à deux véhicules à la fois. Depuis la première installation en février de l’an dernier, 56 bornes ont été installées, sur un rythme trop lent, a concédé Alain Maron. En cause, selon lui, le nombre d’autorisations (14) à obtenir pour chaque borne.

La vision stratégique entend améliorer les choses sur ce plan pour raccourcir les délais. Le Code bruxellois de l’air et du climat sera adapté, tout comme l’ordonnance relative à l’organisation du marché de l’électricité, théoriquement d’ici 2022.

Dans l’intervalle, il sera nécessaire, selon les deux ministres écologistes, de prévoir un système transitoire pour donner suite à la période d’exclusivité d’installation actuelle, car pour la suite, la note stratégique table sur l’installation de bornes d’accès universel, mais multi-opérateurs, et fournies en électricité verte. Le financement ne sera pas supporté par la collectivité mais par les utilisateurs.

Plus largement, ce document-cadre aborde les éléments de vision globale, mais aussi de planification opérationnelle en voirie (cartographie de répartition régionale, répartition des localisations identifiées par les communes, en lots de bornes à installer et adjudication des lots de bornes) et hors voirie (quatre types de zones prédéfinies).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous