Le patron du Voka au «Soir»: «L’immobilisme n’est plus possible»

Wouter De Geest
Wouter De Geest - Mathieu Folinvaux

C’est un Wouter De Geest passablement agacé par les jeux politiques de ces derniers jours qui nous a reçus dans les locaux du Voka à Bruxelles. Le patron des patrons flamands s’impatiente et tape du poing sur la grande table en répétant que « ça ne peut pas continuer comme ça ! ». Vu la catastrophe économique provoquée par le coronavirus, il veut un plan de relance pour la croissance, et au plus vite. Il parle d’un pacte national comme après la Deuxième Guerre mondiale, a priori avec le PS et la N-VA. Sinon, il ne le dira jamais cash, mais la Flandre qui bosse a déjà un autre scénario en tête pour son avenir et il est plutôt individualiste…

Comment avez-vous vécu ces trois derniers mois ?

L’économie ne se portait déjà pas très bien avant le Corona. Le virus est venu s’y ajouter avec une brutalité jamais vue, qui a frappé toutes les entreprises, avec des différences selon les secteurs. Mais au total, les baisses de chiffres d’affaires oscillent entre 20 et 30 %. En Flandre, on a vu que les entreprises se sont adaptées très vite et cette agilité est encourageante pour l’avenir. L’autre bonne nouvelle, c’est que de nombreux secteurs ont pu continuer à fonctionner, comme les ports, la chimie, le pharmaceutique et l’agroalimentaire. Cela a permis d’atténuer un peu les dégâts.

Vous n’êtes pas catastrophiste.

Économiquement, si, c’est une catastrophe. C’est la plus grosse crise économique depuis la Deuxième Guerre mondiale. Il faut saisir l’occasion pour créer un pacte, qui ne concerne pas que l’économie dans un esprit de croissance. L’immobilisme n’est plus possible. J’appelle tout le monde, les entreprises, les citoyens, les organisations sociales, le secteur culturel : levez-vous et conduisez-nous vers l’avenir ! Et cela ne veut pas dire distribuer, mais créer pour faire croître le bien-être, le PIB par habitant, et améliorer nos problèmes sociaux.

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur LeSoir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous