Accueil Société

Pourquoi la pension libre destinée aux salariés peine à séduire

Quelques centaines de personnes seulement ont souscrit à la nouvelle pension libre complémentaire pour salariés, lancée au printemps 2019. Manque de visibilité, procédure compliquée, avantage fiscal limité… Plusieurs éléments explique ce démarrage très en douceur.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Certains avaient prédit le flop, les chiffres disponibles aujourd’hui dans les compagnies d’assurances ont tendance à le confirmer : la pension libre complémentaire pour salariés (PLCS) séduit peu. La mesure a été adoptée il y a un peu plus d’un an, au printemps 2019. Son objectif : donner la possibilité aux travailleurs qui ne possèdent aucune pension complémentaire via leur entreprise (assurance groupe ou fonds de pension) d’accéder tout de même au deuxième pilier et ainsi compléter la pension légale versée par l’Etat. Le produit vise également ceux qui bénéficient déjà du deuxième pilier via leur employeur, mais de façon très limitée et qui souhaiteraient le renforcer.

Moins de mille souscriptions

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par demelenne nicolas, lundi 6 juillet 2020, 15:35

    Je me suis renseigné et les courtiers ne sont pas à l'aise avec ce produit. De mon côté, une réduction de 30% d'impôts mais une taxation à présent et à venir pour un total de 20%. Tout ca pour une branche 21 à 1% ou 2%... Il faut d'office une branche 23 et savoir gérer mais tout le monde n'a pas les compétences pour. Ainsi, ca apparait clairement être du lobbying des assureurs auprès du MR au pouvoir à l'époque. AXA était étrangement le premier à fournir ce produit en 2019... Étrangement.

  • Posté par demelenne nicolas, lundi 6 juillet 2020, 15:20

    Axa, des pourris (cas vécu...).

  • Posté par Tamo Guillaume, lundi 6 juillet 2020, 12:59

    Les employeurs sont en outre très peu informés. Ils ne savent pas comment ils doivent faire lorsque l'employé leur adresse un contrat les invitant à effectuer la retenue (cas vécu ...).

  • Posté par Meyer Daniel, lundi 6 juillet 2020, 11:50

    Plusieurs éléments expliqueNT ce démarrage très en douceur...

  • Posté par Hubert Wynands, lundi 6 juillet 2020, 7:41

    C’est honteux, avec ce qu’un salarié laisse en impôts à l’état, à l’heure de sa retraite, il devrait bénéficier d’une pension honorable sans être obliger d’avoir recours à des requins de financiers. Malheureusement dans ce pays, le retour sur investissement du citoyen a un rendement minable. Les impôts prélevés ne servent qu’à financer un état très mal géré avec une multitude de niveaux de pouvoir et pour justifier ces niveaux de pouvoir, on a été obligé de morceler les compétences. Ce qui fait que pour prendre une simple décision, il faut trouver un accord entre toute cette clique de ministres ( qui eux n’ont pas besoin de 2ème ou 3ème pilier de pension ) qui sont tous compétents mais rarement responsables. Bonjour l’efficacité.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs