Accueil Opinions Chroniques

Martin Baron et «l’âme du journalisme»

Le film « Spotlight » retrace l’enquête lancée en 2001 par le « Boston Globe » à l’instigation de son rédacteur en chef de l’époque, Martin Baron, sur des abus sexuels au sein de l’Eglise catholique, et redonne toutes ses lettres de noblesses à l’art d’investiguer qui finit par révéler un « système » et des phénomènes de société.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Q uand vous lisez un journal, ne vous interrogez pas sur les nouvelles qui s’y trouvent, mais sur celles qui manquent  ». L’auteur de cet adage du journalisme, Ben Bagdikian, est mort la semaine dernière à l’âge de 96 ans à Berkeley, près de la célèbre école de journalisme de l’université de Californie, dont il fut le doyen pendant de longues années.

Mais qu’est-ce qu’une « nouvelle » ? Un fait qui surgit dans l’actualité ou, bien plus fondamentalement, une « information », c’est-à-dire une présentation de la réalité, du système, derrière ce fait et qui lui donne tout son sens ? C’est sur cette question que s’ouvre le film Spotlight, la reconstitution magistrale sur grand écran de l’enquête du Boston Globe sur les abus sexuels au sein de l’Eglise catholique. Une enquête lancée en 2001 et récompensée en 2003 par le prestigieux prix Pulitzer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs