Il y a deux ans jour pour jour, les Diables rouges jouaient la partition parfaite contre le Brésil (vidéo)

Photo News
Photo News

Le 6 juillet 2018, la Belgique était ivre de bonheur. Après être passés par le chas de l’aiguille contre le Japon (3-2), les Diables rouges ont sorti le match parfait en quart de finale de la Coupe du monde face au Brésil de Neymar. Une victoire 2-1 qui, deux ans plus tard, constitue encore l’une des plus belles pages de l’histoire du football belge.

Ce soir-là, Roberto Martinez organisait son équipe idéalement avec un entrejeu renforcé et des flancs (Meunier et Chadli) qui ont fait leur travail défensif à merveille. La Belgique ouvrait le score, dans le premier quart d’heure, à la suite d’un corner de Chadli, dévié par Kompany puis par Fernandinho. Lequel trompait Alisson, son propre gardien. Juste après la demi-heure de jeu, Lukaku amorçait un contre et servait Kevin De Bruyne. Le joueur de Manchester City décochait alors une frappe tendue, hors de la surface, pour faire le break. Le scénario rêvé.

Au retour des vestiaires, le Brésil se voulait plus entreprenant et jetait toutes ses forces dans la bataille. Renato Augusto, de la tête, trompait la vigilance de Courtois et relançait le suspense dans ce quart de finale. La Belgique tremblait, mais pouvait compter sur son gardien pour conserver les commandes. Courtois sauvant, ce soir-là, tout ce qu’il pouvait. Y compris une frappe enroulée de Neymar dans les derniers instants du match. Au coup de sifflet final, la liesse s’emparait de tout un pays, pas peu fier de ses Diables rouges. Historique.

L’équipe alignée par Roberto Martinez  : Courtois, Alderweireld, Kompany, Vertonghen, Meunier, Witsel, Fellaini, Chadli (83e Vermaelen), De Bruyne, E. Hazard, R. Lukaku (87e Tielemans).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous