Accueil Culture

Andres Serrano: «Comme artiste, nous devons repousser les limites»

Les Musées royaux des Beaux-Arts présentent une exceptionnelle rétrospective des photographies d’Andres Serrano, artiste suscitant autant d’admiration que de rejet et mêlant comme personne le trivial et le sacré.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 7 min

Violemment attaqué dès la fin des années 80 pour certaines de ses images, Andres Serrano n’a jamais cessé de créer et de susciter les réactions les plus diverses. Il a photographié ses compatriotes américains après le 11 septembre, les membres du Ku Klux Klan, les sans-abri new yorkais, les pratiques sexuelles les plus variées à Amsterdam, l’univers de la torture, des nus à Budapest, des armes considérées comme objet de désir aux États-Unis, des religieux et religieuses à Venise et à Paris ou encore, tout récemment, l’île de Cuba où sa mère était née. Les Musées royaux des Beaux-Arts présentent un remarquable parcours à travers son œuvre, y compris ses séries les plus controversées. Et un tout nouveau travail sur les sans-abri de Bruxelles sur lequel nous reviendrons.

L’exposition s’intitule « Uncensored photographs ». Quel est votre rapport à la censure ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs