Accueil Société

Coronavirus: l’application belge de tracing sera prête en septembre

Selon une étude menée par l’Institut Vias, près de 4 Belges sur 10 seraient prêts à installer cette application.

Temps de lecture: 2 min

L’application de contact tracing dans le cadre de la lutte contre le coronavirus sera prête en septembre. C’est en tout cas ce qu’a déclaré Karine Moykens, la présidente du Comité interfédéral « Testing &Tracing », dans De Ochtend sur Radio 1. L’application ne sera pas obligatoire.

L’application indiquera si vous avez été en contact avec une personne infectée par le coronavirus au cours des derniers jours. Au début, la Belgique avait décidé de ne pas utiliser une telle application, mais le mois dernier, les autorités compétentes ont donné leur feu vert. L’application serait disponible après l’été, l’inscription se fera sur base volontaire et devra être complémentaire à la forme existante de contact tracing et devra offrir des garanties suffisantes en termes de respect de la vie privée, expliquait-on à l’époque.

L’application fonctionnera par Bluetooth et enregistrera le nom des personnes avec lesquelles chacun a été en contact. La personne infectée recevra un code de son médecin qui devra être encodé dans l’application. L’application enverra ensuite un avertissement à tous ceux qui ont été en contact avec la personne infectée.

Une enquête menée par l’Institut Vias avec le Data&Society Knowledge Centre a montré que près de quatre Belges sur dix (37 %) sont prêts à installer une application de traçage, 27 % ont des doutes.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par Propronet Juste, mardi 7 juillet 2020, 12:47

    Pour être efficace il faut plus de 60% de la population qui l'utilise. On est à 37% --> ne sert à rien.

  • Posté par Bibliotheque Jean De La Fontaine , mardi 7 juillet 2020, 12:43

    Existe-t-il un pays sur la planète où une type application comparable s'est révélée utile ? A ma connaissance non. Par exemple chez nos voisins français, après 3 semaines d'utilisation, l'app StopCovid avait permis d'avertir ... 14 personnes ! L'explication est qu'il y a trop de conditions difficiles à réunir pour que ça marche vraiment. Ils faut pour commencer que chaque malade se soit fait dépister pour que l'on sache qu'il faut prévenir les gens qu'il a rencontrés. Et surtout, la technologie Bluetooth comporte une certaine incertitude sur la distance mesurée. Cela peut entraîner faux positif et faux négatifs. (Voir l'article "StopCovid" sur Wikipédia) A mon humble avis, le risque est grand que l'app donne un faux sentiment de sécurité à ceux et celles qui l'utiliseront et appliqueront moins les gestes barrière.

  • Posté par Michiels Laurence, mardi 7 juillet 2020, 10:37

    Septembre ! Mieux vaut tard que jamais mais tout de même, quelle lenteur toujours ! C'est vrai qu'une application européenne aurait été plus efficace. Mais la santé n'est pas une prérogative européenne hélas. Frilosité des états membres...

  • Posté par Poels Celine , mardi 7 juillet 2020, 10:25

    Une application EUROPEENNE serait bien plus efficace! L'Europe, la grande absente de cette crise Coronavirus! Encore une occasion manquée!

  • Posté par G Jean Luc, mardi 7 juillet 2020, 10:12

    Septembre ... 2021, comme un nouveau gouvernement?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko