Accueil Opinions Cartes blanches

Caroline Pauwels aux étudiants de l’ULB: «Ne vous limitez pas aux frontières de votre Etat-nation!»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Chers étudiants et chères étudiantes d’en face,

Permettez-moi de vous écrire cette lettre, à vous qui vous trouvez de l’autre côté du campus bruxellois. Une lettre qui parle de frontières, et de toutes les questions que cela soulève.

Les frontières m’ont toujours attirée, parce que, pour moi, elles invitent à être franchies, et élargissent le champ des possibles.

Enfant, la première frontière que j’ai découverte fut la frontière linguistique. Mes cousins habitaient en Wallonie et, pour pouvoir jouer et communiquer ensemble, apprendre la langue de l’autre était un must. Comme le mot « must » le laisse présager, l’anglais s’est également vite imposé comme lingua franca. Et chaque langue apprise vous rend plus humain et est synonyme d’enrichissement ; c’est en tout cas ma perception. En effet, une langue ne permet pas seulement d’apprendre de nouveaux mots, elle véhicule une âme, une culture, une identité…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs