Accueil Opinions Débats et idées

L’économiste Thomas Piketty au «Soir»: «Il faut un impôt sur la fortune, c’est une question de justice»

Thomas Piketty a remis l’utopie au programme des économistes. Il a épaté le monde avec « Le capital au XXIe siècle ». Début 2020, il publiait « Capital et idéologie » avant d’entrer dans un confinement qui lui a donné du temps pour penser. Il « répare le monde » pour Bozar, « Le Soir » et « Knack ».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 11 min

C’est depuis son bureau et l’Ecole d’économie de Paris que Thomas Piketty répond à nos questions. Un bureau qu’il a retrouvé après deux mois et demi passés à domicile en lieu et place d’une tournée aux Etats-unis en compagnie de son épouse, Julia Cagé. « Mon bureau m’a manqué car à la maison, j’étais privé de mes cartons d’archives et des disques durs. Mais comme chercheur, avec un salaire très privilégié, le confinement c’est assez naturel et beaucoup moins douloureux que pour que ceux qui sont dans des petits appartements et ont dû continuer à travailler parce qu’ils ont des petits salaires, des statuts précaires comme auto-entrepreneur, livreur, caissière, infirmière. Cet épisode de confinement et cette crise pandémique illustrent d’abord et avant tout la violence des inégalités sociales. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

26 Commentaires

  • Posté par Platteau Philippe, mercredi 8 juillet 2020, 20:49

    Pas d'accord avec Piketty : j'ai construit mon patrimoine avec les revenus de mon travail, mon épargne et le temps passé à la bonne gestion de ceux ci . J'ai été lourdement imposé sur le revenu de mon travail et sur les revenus de mes placements ( cumul de l'impôt sur les revenus des sociétés et sur les dividendes distribués ) . Pourquoi irai je partager cela avec des incompétents, des fainéants et des profiteurs de tous ordres. Je suis une pre uve vivante que l'ascenseur social existe en Belgique : il suffit de se retrousser les manches , de mouiller sa chemise et de ne pas tout attendre des largesses de l'Etat.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 9 juillet 2020, 8:47

    Il m'étonnerait que les personnes fortunées dont parle M. Piketty perdent leur précieux temps à publier des commentaires sur le site du Soir. Par ailleurs, qui devrait financer l'Etat si ce n'est pas ceux qui en ont les moyens ? Si ce que vous appelez l'ascenseur social (que vous confondez avec acquisition de la "fortune") amène à l'égoïsme, à l'accaparement, au mépris des autres, où est le progrès ? Yaka se retrousser les manches ? Eh bien non, certains "mouillent leur chemise" pour seulement nouer les deux bouts (même pas parfois).

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 8 juillet 2020, 20:08

    Sur le plan éthique , il a raison même si et en raison de l'explosion des déficits publics le rendement d'un impôt sur la fortune ne répondra que partiellement aux besoins des Etats; d'ailleurs , aussi longtemps que des paradis fiscaux existeront (de plus en plus éloignés de notre continent), seules les grosses fortunes et des gros fraudeurs y auront accès et donc échapperont à tout prélèvement...La lenteur avec laquelle l'Europe met en place des mesures (vu la règle mortifère de l'unanimité) fait penser à un pachyderme en course avec un guépard.

  • Posté par Gabriel Jacqueline, jeudi 9 juillet 2020, 16:14

    Votre comparaison est très drôle et j'ai bien ri! mais, sur le long terme, le pachyderme ne gagnera-t-il pas? Moi je l'espère. En attendant, pourquoi ne pas pénaliser les GAFA,

  • Posté par DENGG VERONIKA, mercredi 8 juillet 2020, 14:00

    Thomas Piketty n'est pas un économiste, mais un penseur/philosophe qui a des préférences politiques, sans plus. La dotation d'un capital de 125.000 € par personne à 25 ans, est à mon sens une bonne chose ; mais comment gérer cela et que faire des gens qui dilapident ce capital par manque de sérieux. Il y a une différence énorme entre quelqu'un qui hérite d'une somme et qui peut la faire fructifier et quelqu'un doué des mêmes capacités mais qui doit commencer avec zero ! J'ai toujours pensé qu'être fortuné n'est pas un crime ; le crime consiste à s'asseoir sur son argent et ne pas le dépenser à des projets. Il faudrait tenir compte de cet élément de redistribution dans le calcul d'un impôt sur la fortune , si celui-ci est envisagé un jour.

Plus de commentaires

Aussi en Débats et idées

Nouveau mot de l’année 2021: à vous de voter!

Le jury a arrêté une liste de mots à partir des très nombreuses propositions qui lui avaient été soumises. Il reste à désigner celui d’entre eux qui remportera le titre de nouveau mot de l’année 2021. Les votes sont ouverts jusqu’au 21 décembre minuit.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs