Accueil Belgique Politique

Crise politique à Verviers: Muriel Targnion en voie d’exclusion du PS

La bourgmestre n’accepte pas la mise sous tutelle par son parti. Sa décision de constituer une nouvelle majorité viole les consignes de la direction du PS. Exclusion inévitable.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Mardi soir, au terme d’une journée riche en rebondissements à Verviers, l’exclusion de facto de Muriel Targnion du PS semblait inévitable. La bourgmestre avait posé le geste de trop en annonçant le dépôt d’une motion de méfiance collective et donc la perspective d’un nouvel accord de majorité dans l’ancienne cité lainière.

Si les instances de son parti doivent encore se prononcer officiellement, l’élue verviétoise s’est placée elle-même en marge de sa formation et des instructions données par le boulevard de l’Empereur en début de journée : plus aucune initiative autorisée dans le chef des socialistes verviétois !

A Verviers, la crise politique avait déjà subi un formidable coup d’accélérateur mardi matin avec la mise sous tutelle par le bureau du parti de l’Union socialiste communale (USC) et de la Fédération verviétoise. Cette décision devait empêcher les protagonistes du conflit interne d’agir : plus question pour des élus socialistes de voter la motion de méfiance individuelle frappant l’un des leurs, Hasan Aydin, le président du CPAS. Le conseil communal convoqué en soirée perdait tout son sens, il était annulé.

Mais en fin de journée, Muriel Targnion est sortie des rails : une motion de méfiance collective doit déboucher sur une nouvelle majorité. Elle réunit les six élus du MR, les quatre mandataires de Nouveau Verviers, les quatre conseillers du CDH (dans l’opposition jusqu’à présent) et les socialistes pro-Targnion, soit sept élus sur treize. La bourgmestre s’assied sur les instructions du PS et est sous le coup d’une exclusion, comme les élus de son clan.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

33 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 8 juillet 2020, 11:30

    Entre Targnon célèbre pour ses cumuls financiers et sa compréhension plus qu'hasardeuse de l'affaire Publifin et un lot de communautaristes (dont Aydin, président du CPAS), c'est choisir entre la peste et le choléra.Le PS est tombé bien bas pour n'avoir pas mis bon ordre plus tôt dans le Chicago verviétois.

  • Posté par Di Tullio Emmanuel, mercredi 8 juillet 2020, 8:58

    Ca fait 2 articles que je lis sur le sujet et je ne sais toujours pas ce qu'on reproche au président du CPAS. J'ai dû louper un épisode.

  • Posté par Monsieur Alain, mercredi 8 juillet 2020, 12:39

    Modifications budgétaires unilatérales, récurrentes et non-concertées avec le Collège Communal lesquelles obligent la Commune à consacrer au CPAS des moyens plus importants que prévus initialement, lesquels viennent ainsi à manquer à la Commune pour mener d'autres politiques et remplir d'autres objectifs. De la sorte, le CPAS devient le pivot de toute la politique communale (financements).

  • Posté par Michiels Laurence, mercredi 8 juillet 2020, 8:42

    Bon débarras, certains oublient qu'elle était aussi présidente d'Enodia, la maison mère de Nethys !

  • Posté par jourdain Claude, mercredi 8 juillet 2020, 8:41

    Les tenants & aboutissants de la situation à Verviers me sont inconnus. Il est cependant tentant de faire un parallèle avec la RBC. Ici, les élus communautaires au PS (mais aussi au CdH et Ecolo) tiennent le haut du pavé. Les incivilités, délits, actes de vandalisme commis ou cachés par leurs électeurs sont tolérés voire même implicitement encouragés. A noter aussi le fait qu'un bourgmestre PS a été sanctionné d'une exclusion de façade du parti mais que les autres membres PS élus qui le soutiennent urbi et orbi ne l'on pas été ...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs