Accueil Société

Enseignement supérieur: les recteurs ne veulent pas d’une finançabilité automatique

Après la crise Covid, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles propose de neutraliser les obstacles à la finançabilité des étudiants. Face aux excellents résultats de la session, les recteurs crient casse-cou.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 3 min

Les surprises se suivent dans l’enseignement supérieur. Lundi soir, le Conseil des recteurs confirmait ce que beaucoup pressentaient : le taux de réussite aux examens de juin est significativement supérieur à celui des autres années (lire ci-dessous). Ce mardi midi, le même Conseil des recteurs lançait un pavé dans la mare : il a envoyé à la ministre Valérie Glatigny (MR) et aux députés chargés de ces questions en Fédération Wallonie-Bruxelles, un courrier dans lequel il incendie la proposition de la majorité de neutraliser les conditions de finançabilité des étudiants pour la prochaine année.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par COURARD DIDIER, mercredi 8 juillet 2020, 13:00

    Comme pour le patron de la banque nationale qui ne peut pas supporter que le commun des mortels puisse s'acheter une maison via un prêt hypothécaire, il y a dans le chef des ces universitaires "haut de gamme" une idéologie élitiste profondément ancrée depuis des décennies et qui explique les politiques de sélection et surtout d'élimination qui sont appliquées avec beaucoup de zèle par la majorité des professeurs qui n'accordent aucune importance à la dimension pédagogique de leur mission. Il y a dans leur approche le sentiment que plus il y a d'échecs, plus leur cours est de qualité. Ce n'est donc guère étonnant que parmi les diplômés, une grande majorité se soient imprégné de cette mentalité et la répercute dans leurs relation professionnelles futures, ce qui explique l'état déplorable des relations dans le monde du travail d'avantage comparable à une jungle qu'un lieu d'échange constructif d'une société meilleure et profitable au plus grand nombre. C'est dommage car c'est dans les universités que se construit le monde de demain.

  • Posté par DENONNE LOUIS, mercredi 8 juillet 2020, 12:09

    77 % au lieu de 68/69 %, soit une hausse de 9 POINTS ou 13 %. Un taux de réussite amélioré (masculin) : c'est le taux qui est amélioré !

  • Posté par Montulet Marc, mercredi 8 juillet 2020, 12:02

    Il faudrait peut-être expliquer aux recteurs qu'un étudiant qui n'est plus finançable ne l'est plus même s'il se réoriente. Pour lui, la seule possibilité c'est, vu la crise économique qui nous attend, de s'inscrire comme demandeur d'emploi.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs