Enseignement supérieur: deux fois plus de recours selon la Fédération des étudiants francophones

Enseignement supérieur: deux fois plus de recours selon la Fédération des étudiants francophones

Le nombre de recours de la part des étudiants a fortement augmenté après une fin d’année et une session agitées dans l’enseignement supérieur, signale la Fédération des étudiants francophones (Fef) dans La Libre Belgique mercredi.

« Sur la période qui va du 15 mai au 30 juin 2019, nous comptions 179 demandes de recours. Cette année, nous sommes déjà à plus de 300 », entame Chems Mabrouk, la présidente de la (Fef). « Beaucoup concernent les stages, où des étudiants se sont vus attribuer la note de zéro parce qu’ils étaient malades. D’autres concernent le manque de suivi pédagogique, ou encore le non-respect des modalités d’examens », développe la présidente du syndicat étudiant. « Cela va dans le sens que nous soupçonnions. »

Le constat tranche avec les chiffres délivrés lundi soir par le Comité des recteurs francophones (Cref). À rebours des craintes de nombreux acteurs de l’enseignement supérieur, le taux de réussite affiche une hausse par rapport aux années précédentes.

Un constat positif que veut tempérer la Fef. « Le taux de réussite ne peut pas servir à dresser un bilan positif de la situation que les étudiants ont vécue », juge Chems Mabrouk. « Un processus d’apprentissage est quelque chose qui prend du temps. Or cela n’a pas toujours été respecté. Certains professeurs n’ont pas donné cours, d’autres ont laissé les étudiants à leur propre sort. »

Sur le même sujet
Université
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous