Accueil Opinions Cartes blanches

«La pandémie du tweet imbécile»

Les politiciens ne devraient-ils pas s’abstenir de tweeter à tout va et réserver leur communication à un partage de réflexions nourries ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Une précision s’impose quant à l’emploi, dans ce titre, du terme « imbécile ». Laissons le libre choix du sens. L’étymologie latine est imbecillus, « faible ». Et il peut s’agir d’une faiblesse du corps, de la voix ou de l’esprit. D’où le premier sens répertorié en français – et « vieilli » – de « faible, débile ». Le sens courant nous est plus familier : « qui est dépourvu d’intelligence, qui parle, qui agit sottement ». Quant à moi, j’utilise ici l’adjectif dans le premier sens. Rien n’empêche de préférer le second ni d’estimer que, parfois, l’un n’exclut pas l’autre.

La mise en question concerne le dispositif même que Twitter a imposé à ses utilisateurs. Il me pousse à dire qu’un tweet constitue, en quelque sorte, un aveu de faiblesse. Et même de plusieurs faiblesses.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs