Accueil Société

Affaire Mawda: des migrants pourraient être impliqués malgré eux dans le trafic d’êtres humains

Le drame dont a été victime la petite Mawda a conduit les enquêteurs sur la piste des trafiquants d’êtres humains. Ce pan de l’affaire sera jugé à Liège.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Mercredi dernier, le policier dont l’arme avait tué la petite Mawda, le 17 mai 2018 à 2 heures du matin sur l’E42, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Mons pour homicide involontaire. Au même moment à Liège, la chambre des mises en accusation examinait la conformité des méthodes particulières de recherche employées dans l’enquête portant sur l’autre volet de cette affaire, celui concernant le trafic de migrants. Il doit être fixé devant la chambre du conseil de Liège d’ici quelques jours pour le renvoi en correctionnelle.

Retour à cette nuit tragique. Une camionnette dotée de fausses plaques, dans laquelle ont pris place une trentaine de migrants en provenance d’Irak principalement (mais aussi de Syrie, d’Afghanistan et du Pakistan), est prise en chasse par la police de Namur. Quatre voitures de la police des autoroutes sont à la poursuite du véhicule, qui fonce en direction de la France.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, lundi 13 juillet 2020, 17:21

    Le policier ayant fait usage de son arme de service doit être immédiatement libéré, félicité pour avoir exécuté ce que l’on lui avait enseigné à l’école de police et promu pour avoir fait son travail !!!! Le conducteur de la camionnette ainsi que les parents de l’enfant doivent être jugé par une cour assisse. Le conducteur pour mise en danger d’autrui et mort de la petite fille. Les parents, coupable de ne pas avoir dénoncer le conducteur du véhicule. Ne pas dénoncer un individu ayant commis un crime est de la complicité d’assassinat .Après le procès, ses personnes doivent être éjecter du pays et ne plus pouvoir demander un asile dans notre pays ! Mais, en Belgique, lorsqu’il s’agit d’immigrants, les policiers et toutes les personnes représentant la Loi où l’Autorités sont des personnes dangereuses !! Drôle de Justice, à sens unique …

  • Posté par Robert Bob, lundi 13 juillet 2020, 10:38

    Malgré eux.........c'est cela oui, comme d'habitude n'est ce pas ?

  • Posté par Wafellman Fabienne, lundi 13 juillet 2020, 10:12

    Et la responsabilité des parents pour mise en danger de la vie de leurs enfants ? Il y a quelques années, une dame a été accusée d'homicide involontaire pour avoir (éblouie par le soleil) brûlé un feu rouge et provoquer un accident dans lequel ses enfants ont été blessés. Mais il y a toujours deux poids et deux mesures !

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 13 juillet 2020, 9:13

    Tous de gentils innocents qui ne savaient pas à quoi servaient ces camionnettes, mais oui bien sûr

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 13 juillet 2020, 12:00

    Joute dodo si ils n avaient pas organisé des passages illégaux, si ils n avaient pas eu de fausses plaques ,si ils s étaient arrêtés Au lieu de mettre la vie des autres en danger,.....

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs