Les micro-CV fleurissent sur les réseaux sociaux

Le micro-CV pour trouver un job
? Pourquoi pas, mais il y a des règles à respecter.
Le micro-CV pour trouver un job ? Pourquoi pas, mais il y a des règles à respecter. - Photo News.

Ils se présentent sous la forme d’une photo répertoriant les informations essentielles d’un profil et fleurissent un peu partout sur Facebook ou Instagram : de nombreux jeunes postent leur CV sur les réseaux sociaux. C’est le cas d’Elisabeth, institutrice primaire depuis trois ans maintenant : « Habituellement, j’envoie uniquement des candidatures spontanées aux écoles durant le mois de mai. Mais cette année, j’ai découvert le groupe Facebook “instit dispo” sur lequel il y a plein de petites annonces de type micro-CV. J’ai vu que des directions répondaient directement aux annonces, alors je me suis lancée. J’ai vu que mes collègues ainsi que les parents d’élèves réagissaient beaucoup à mon partage sur ce groupe et me repartageaient. J’ai donc décidé de le poster également sur ma page Facebook pour laisser se passer le bouche-à-oreille. Et ça fonctionne, alors je ne perds rien à essayer ! »

Elodie est, elle aussi, institutrice et adepte du micro-CV. « Cela fait déjà plusieurs années que je publie ce genre d’annonce sur mon profil Facebook. C’est un canal que les directions d’écoles exploitent de plus en plus pour trouver des enseignants. Du coup, je tente toujours ma chance. D’autant que c’est un moyen différent de se mettre en avant que la diffusion d’un CV traditionnel », estime la jeune femme.

Une source importante de visibilité

Alors bonne ou mauvaise idée ? Selon Simon Trappeniers, responsable communication au Forem, « internet et les réseaux sociaux sont une source importante de contacts et de visibilité pour une recherche d’emploi. Proposer sa candidature via un réseau social grand public ou professionnel, de type Facebook ou LinkedIn peut s’avérer une excellente idée, à condition de savoir ce que l’on fait et comment on le fait. »

Comme pour n’importe quelle autre manière de postuler pour un emploi, l’essentiel serait, en effet, de présenter des informations directes, claires, précises et, surtout, qui ont du sens par rapport au job recherché. « S’agissant d’une annonce Web, au-delà de l’accroche, vous devez aller à l’essentiel le plus rapidement possible », conseille Simon Trappeniers, « Vous devez convaincre en un coup d’œil que vous êtes sans doute un bon candidat, montrer votre proactivité pour, idéalement, donner envie aux autres de partager votre annonce. Le mieux est de faire ressortir son CV en étant créatif… Mais en évitant tout bad buzz. Mieux vaut donc rester raisonnable au niveau de la spontanéité ».

Sécurisez vos profils !

« Personnellement, je me permets des choses qui sont tout à fait admises sur Facebook mais pas dans la formule classique CV/lettre de motivation. J’utilise par exemple des petites émoticônes, des petites blagues ou encore des formules plus légères. C’est un petit plus car ça montre vraiment notre personnalité et cela donne des informations qui peuvent également être prises en compte par les directions », confie Elisabeth.

Le micro-CV peut cependant renvoyer à un CV plus classique et détaillé. Il doit aussi comporter une adresse e-mail claire et sérieuse. « Evitez les adresses rigolotes. Mieux vaut une adresse qui mentionne votre nom et votre prénom », explique Simon Trappeniers.

Notez également que si Facebook est un outil pour votre recherche d’emploi, il l’est aussi pour les recruteurs. Une attention particulière doit donc être apportée à ce qu’on publie sur son profil. « Essayez de garder privé ce qui est privé ! Sécurisez votre profil en vérifiant bien que seuls vos amis peuvent voir les photos de votre dernière fête. Soyez prudents dans vos photos, vos vidéos et vos posts », avertit également le responsable communication du Forem.

N’hésitez en revanche pas à vous abonner à des groupes thématiques de recherche d’emploi ou en lien avec votre secteur d’activité. Liker les pages des entreprises dans lesquelles vous souhaiteriez postuler peut également s’avérer utile pour mieux connaitre leurs actualités.

Sur le même sujet
Parents d'élèvesEmploi
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «On sait que l’épidémie fait des ravages au Brésil mais dans quelle mesure le variant est en cause alors que les mesures sanitaires sont inexistantes, que les hôpitaux débordent et que la médication vient à manquer?» s’interroge Yves Van Laethem. © Reuters.

    Coronavirus: en Belgique, le variant britannique fait barrage à ses rivaux

  2. La semaine du 26 avril risque d’être une semaine culturelle mouvementée...

    Culture: protestations en vue et action en justice

  3. d-20170106-GD4XQZ 2017-01-06 18_28_28

    Débat: vers une Belgique à quatre Régions ?

La chronique
  • Les parcs, ces lieux essentiels

    C’est l’envers du décor urbain, plutôt dense, souvent bruyant, parfois chaotique… Entre le quartier Nord, désert bureaucratique, et Laeken, royalement grouillante, une oasis de calme et de verdure. Rien d’un mirage, dix hectares de parc. Appellation vernaculaire : Tour et Taxis. Car c’est là qu’il démarre, sur fond de Manhattan bruxellois ; le décor, hérité de Couleur Café, donne aux larges pelouses une petite touche américaine. De l’espace, au naturel, vert teinté de sauvage. Ça joue de la bombe aérosol ou de la batte de cricket, ça fonce ou ça chipote sur deux roues, parfois trois. Ça s’agglutine un chouïa au pied de l’Obélisque des droits humains… Une entorse aux règles covid (la bière, le masque, la bulle…) qui sonne comme un hommage à la Déclaration universelle des droits de l’homme, un écho, aussi, aux propos de Françoise Tulkens, ancienne juge à la Cour européenne des droits de l’homme, qui, lorsque l’ex-ministre Céline Fremault (CDH) l’avait sollicitée comme caution de ce projet, insistait « les articles de cette Déclaration...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite