Les micro-CV fleurissent sur les réseaux sociaux

Le micro-CV pour trouver un job
? Pourquoi pas, mais il y a des règles à respecter.
Le micro-CV pour trouver un job ? Pourquoi pas, mais il y a des règles à respecter. - Photo News.

Ils se présentent sous la forme d’une photo répertoriant les informations essentielles d’un profil et fleurissent un peu partout sur Facebook ou Instagram : de nombreux jeunes postent leur CV sur les réseaux sociaux. C’est le cas d’Elisabeth, institutrice primaire depuis trois ans maintenant : « Habituellement, j’envoie uniquement des candidatures spontanées aux écoles durant le mois de mai. Mais cette année, j’ai découvert le groupe Facebook “instit dispo” sur lequel il y a plein de petites annonces de type micro-CV. J’ai vu que des directions répondaient directement aux annonces, alors je me suis lancée. J’ai vu que mes collègues ainsi que les parents d’élèves réagissaient beaucoup à mon partage sur ce groupe et me repartageaient. J’ai donc décidé de le poster également sur ma page Facebook pour laisser se passer le bouche-à-oreille. Et ça fonctionne, alors je ne perds rien à essayer ! »

Elodie est, elle aussi, institutrice et adepte du micro-CV. « Cela fait déjà plusieurs années que je publie ce genre d’annonce sur mon profil Facebook. C’est un canal que les directions d’écoles exploitent de plus en plus pour trouver des enseignants. Du coup, je tente toujours ma chance. D’autant que c’est un moyen différent de se mettre en avant que la diffusion d’un CV traditionnel », estime la jeune femme.

Une source importante de visibilité

Alors bonne ou mauvaise idée ? Selon Simon Trappeniers, responsable communication au Forem, « internet et les réseaux sociaux sont une source importante de contacts et de visibilité pour une recherche d’emploi. Proposer sa candidature via un réseau social grand public ou professionnel, de type Facebook ou LinkedIn peut s’avérer une excellente idée, à condition de savoir ce que l’on fait et comment on le fait. »

Comme pour n’importe quelle autre manière de postuler pour un emploi, l’essentiel serait, en effet, de présenter des informations directes, claires, précises et, surtout, qui ont du sens par rapport au job recherché. « S’agissant d’une annonce Web, au-delà de l’accroche, vous devez aller à l’essentiel le plus rapidement possible », conseille Simon Trappeniers, « Vous devez convaincre en un coup d’œil que vous êtes sans doute un bon candidat, montrer votre proactivité pour, idéalement, donner envie aux autres de partager votre annonce. Le mieux est de faire ressortir son CV en étant créatif… Mais en évitant tout bad buzz. Mieux vaut donc rester raisonnable au niveau de la spontanéité ».

Sécurisez vos profils !

« Personnellement, je me permets des choses qui sont tout à fait admises sur Facebook mais pas dans la formule classique CV/lettre de motivation. J’utilise par exemple des petites émoticônes, des petites blagues ou encore des formules plus légères. C’est un petit plus car ça montre vraiment notre personnalité et cela donne des informations qui peuvent également être prises en compte par les directions », confie Elisabeth.

Le micro-CV peut cependant renvoyer à un CV plus classique et détaillé. Il doit aussi comporter une adresse e-mail claire et sérieuse. « Evitez les adresses rigolotes. Mieux vaut une adresse qui mentionne votre nom et votre prénom », explique Simon Trappeniers.

Notez également que si Facebook est un outil pour votre recherche d’emploi, il l’est aussi pour les recruteurs. Une attention particulière doit donc être apportée à ce qu’on publie sur son profil. « Essayez de garder privé ce qui est privé ! Sécurisez votre profil en vérifiant bien que seuls vos amis peuvent voir les photos de votre dernière fête. Soyez prudents dans vos photos, vos vidéos et vos posts », avertit également le responsable communication du Forem.

N’hésitez en revanche pas à vous abonner à des groupes thématiques de recherche d’emploi ou en lien avec votre secteur d’activité. Liker les pages des entreprises dans lesquelles vous souhaiteriez postuler peut également s’avérer utile pour mieux connaitre leurs actualités.

Sur le même sujet
Parents d'élèvesEmploi
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A partir du lundi 25 janvier, les voyages dits « de loisirs » sont tout simplement interdits.

    Coronavirus: la promesse fragile d’un dernier (gros) effort contre de (minces) perspectives

  2. d-20210103-GKM6UF 2021-01-02 15_40_14

    Comité de concertation: nouveau tour de vis concernant les voyages, nouveau tour de vis policier?

  3. Ce sont surtout les «mesures supplémentaires» imposées par le Comité de concertation qui ont le don d’énerver la profession.

    Coiffeurs: une nouvelle tête le 13 février, au plus tôt

La chronique
  • Tableau Delvaux: «Case prison»

    C’était un soir, tard, à la rédaction du Soir. Une jeune journaliste en charge de la Wallonie vient de recevoir un coup de fil : « Moreau et Fornieri ont créé une société commune, Ardentia Tech. » Depuis des semaines, la rumeur court : Stéphane Moreau, l’administrateur de Nethys, ce holding à capitaux publics actionnaire de Voo, Elicio, L’Avenir et L’Intégrale, mis en cause pour sa gouvernance, est partant mais emmènerait avec lui certains actifs. On soupçonne aussi les dirigeants de Nethys d’avoir trouvé une voie parallèle pour toucher incognito la partie du salaire dont ils ont été privés suite à la décision de la Région wallonne de plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques, y compris celles de Moreau & Co.

    Dans ce contexte, la création d’une société commune à Stéphane Moreau et François Fornieri, créateur de la société pharmaceutique Mithra et compagnon de route de Nethys dont il est administrateur et président du comité de rémunération, ne peut qu’intriguer. Interrogé ce soir-là, Stéphane Moreau minimise l’importance de cette...

    Lire la suite

  • Seuls les adultes peuvent supporter de perdre le temps qu’ils ont déjà eu

    Interdits de voyager tout le mois de février ! Cette période délimitée vise surtout à contrer les velléités de prendre l’air hors de Belgique le Mardi gras. Dans le concret, reconnaissons-le, cet interdit-là n’est pas celui qui va affecter le plus de Belges ; cela fait des mois désormais que la plupart d’entre nous ne bougeons quasi plus, ou alors à l’intérieur d’un périmètre très déterminé ou de nos quatre murs nationaux.

    Mais c’est le principe qui insupporte, par sa portée symbolique. Le...

    Lire la suite