Angela Merkel sur le plan de relance européen: «Je ne sais pas si nous parviendrons à un accord»

Angela Merkel sur le plan de relance européen: «Je ne sais pas si nous parviendrons à un accord»

La chancelière allemande Angela Merkel s’est dite lundi incertaine que les dirigeants des 27 pays de l’UE parviennent à un accord sur un plan de relance de 750 milliards d’euros proposé pour faire face à la pandémie de coronavirus.

« Je ne sais pas si nous parviendrons à un accord » lors du sommet européen de vendredi et samedi, a-t-elle averti au cours d’une conférence de presse avec le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, à Meseberg, près de Berlin.

« Rien n’est encore sûr. Les chemins que nous avons à parcourir sont encore éloignés », a-t-elle ajouté. « Je ne peux pas dire si nous trouverons un accord dès vendredi mais ce serait bien pour l’Europe ».

Tâche immense

La dirigeante conservatrice, qui a salué « la discipline et la patience admirables » des Italiens durement frappés par la pandémie, a insisté sur la nécessité d’une réponse forte à cette crise qui frappe violemment les économies européennes.

« Parce que la tâche est immense, la réponse doit elle aussi être importante », a-t-elle ajouté. Elle a refusé toute idée de réduction de ce plan de relance, insistant au contraire sur le fait qu’il devait « être massif ».

Le sommet européen doit montrer que l’« Europe souhaite être solidaire. Cela a une dimension politique au-delà des chiffres », selon elle.

Réticences

De son côté, Guiseppe Conte a souligné la nécessité pour les Européens d’« agir vite ».

« Nous devons agir vite car l’Histoire nous enseigne que la meilleure des réactions ne vaut pas grand-chose si elle intervient trop lentement », a-t-il ajouté.

Le sommet européen extraordinaire s’annonce tendu en raison notamment des réticences des États « frugaux » face au plan de relance, composé de 250 milliards de prêts, et surtout de subventions à hauteur de 500 milliards, qui n’auront pas à être remboursées par les États bénéficiaires.

L’Autriche, les Pays-Bas, la Suède et la Finlande notamment se montrent très méfiants à l’égard de ce plan qui profitera surtout aux pays du Sud, Italie et Espagne en tête, les plus touchés par les conséquences socio-économiques dévastatrices de la pandémie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous