Accueil Monde Europe

Royaume-Uni: le «dossier Huawei» détériore encore un peu plus les relations avec la Chine

En excluant Huawei du développement de la 5G, Boris Johnson a mis fin à « l’âge d’or » des relations anglo-chinoises.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

En excluant la participation du géant chinois Huawei d’ici 2027 au développement de la nouvelle norme de téléphonie mobile G5, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a mis officiellement fin à « l’âge d’or » des relations entre Londres et Pékin. A la suite des pressions de Washington, engagé dans un bras de fer aux allures de guerre froide avec la Chine, le locataire du 10 Downing Street s’est rangé dans le camp des Etats-Unis en fermant l’accès à l’opérateur chinois au marché britannique stratégique des nouvelles fréquences.

Le Royaume-Uni a durci sa position, comparé à la proposition faite en janvier par Johnson de limiter la participation de Huawei à 35 % du réseau national non stratégique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Vanden Eynde Luc GME, mercredi 15 juillet 2020, 13:40

    Ah ! si BoJo veut un bel accord commercial avec Barnum, il doit obéir à son maîmaître ! Ce qui est sûr, c'est qu'il se fera impérialement arnaquer, faute d'alternatives et à cause d'un Brexit sec.

  • Posté par Deckers Björn, mardi 14 juillet 2020, 19:43

    Jean Stals C'est un fait que depuis l'élection de Donald Trump, on a quelques peu perdu nos repères. Mais il suffit d'observer la montée en puissance, froide, déterminée et autoritaire de la Chine pour modérer l'anti-américanisme des plus gauchos. Les temps sont incertains. Les USA (cela pourrait changer en novembre mais rien n'est moins sur) ont en effet décidé de confier stupidement leur destin à un président inculte, impétueux qui croit utiliser la manière forte mais n'impressionne que lui même et accélère dramatiquement le déclin de la puissance américaine. Nous ne savons plus ici en Europe à quel puissance coller tant nous avons pris l'habitude étonnante de nous adosser à un tuteur, Washington en la circonstance depuis l'après guerre. Alors que les défis sont plus que jamais planétaires (le commerce, l'environnement, la fiscalité, l'énergie...), le monde est gagné par les incertitudes et la montée en puissance de nationalisme qui font resurgir les bruits de guerre. Jusqu'au bout, l'UE doit rester une puissance qui propose le dialogue. Mais nous devons aussi apprendre à jouer tantôt la Chine contre les USA et tantôt l'inverse. Je fais mienne la reprise de notre commissaire aux Affaires étrangères Josep Borell l'UE doit choisir la doctrine Sinatra : "my way"

  • Posté par stals jean, mardi 14 juillet 2020, 19:07

    Il est bien certain que pour "carboniser" le géant chinois Huawei, les promesses en tous genres des USA de Trump sont passées par la...Comme pour le Brexit, comme d'ailleurs soit dit en passant en ce qui concerne Julian Assange, la perfide Angleterre se vautre devant les diktats économico-politiques d'une Amérique aux aboies face aux puissances émergentes comme on dit...Et toujours à propos du scandale "Julian Assange", les médias d'une Europe elle aussi aux mains des lobbys made in USA, médias tous supports confondus, pratiquent le silence radio, le silence assourdissant pour ne pas trop déplaire au "grand sachem" à la houppe peroxydée à l'envi...Ce dangereux mégalo capable de fomenter, CIA en embuscades, les pires conflits en tous genres, susceptibles de rendre à l'Amérique sa puissance économique qui depuis quelques décennies, depuis la montée vertigineuse en puissance de la Chine, de la Chine mais pas que, ne cesse de s'étioler irrémédiablement, indubitablement...

  • Posté par Propronet Juste, mardi 14 juillet 2020, 17:08

    Boris Johnson: le Pantin de Donald Trump.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs