Accueil Société

La loi IVG suscite un vif débat chez les médecins et soignants

Il n’y a pas que dans les cénacles politiques que la proposition d’extension de la loi IVG attise les tensions. Les médecins et soignants contre la loi développent leurs arguments, sur le fond. Ceux qui soutiennent le texte y répondent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

Bien sûr, il y a les jeux politico-politiciens et l’instrumentalisation du débat dans le cadre d’une potentielle formation de gouvernement. Evidemment, il y a dans les opposants à cette loi de farouches anti-choix, souvent également engagés contre l’euthanasie. Mais on trouve aussi, dans les quelque 2.500 membres du personnel soignant qui se sont ralliés à une carte blanche publiée dans La Libre en décembre dernier – à laquelle avait répondu une autre carte blanche de soignants dans Le Soir – des gynécologues, médecins, sages-femmes qui, tout en soutenant la loi actuelle, estiment que la proposition sur la table va, elle, trop loin. Quels sont leurs arguments, sur le fond ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Gabriel Jacqueline, jeudi 16 juillet 2020, 15:32

    Toutes les réponses émanent d'hommes!! Que connaissent-ils de ce problème "typiquement féminin"? Il ne s'agit pas ici de "liberté individuelle" mais bien d'une décision g r a v e et personnelle qui doit être prise par la FEMME uniquement. Elle seule devrait avoir le pouvoir de décision. Elle peut bien entendu se faire aider physiquement et moralement par des personnes compétentes. Alors, pourquoi ne pas simplement être ouvert à sa demande même après le terme admis par la loi ? Je doute qu'il y ait une liste d'attente pour ce genre d'intervention. Bien sûr, il n'est pas question de pénaliser quiconque pour ce genre d'intervention.

  • Posté par Germay Bernard, mercredi 15 juillet 2020, 13:11

    Merci pour cet article, le débat doit se poursuivre, il s'agit d'une grave question de société.

  • Posté par Grunchard Francis, mercredi 15 juillet 2020, 10:25

    Si on avait proposé 15-16 semaines au lieu de 18, cela aurait suscité bien moins de discussions. Tactiquement c’était une très mauvaise idée . Maintenant c’est trop tard , et les tergiversations continuent à enliser le vote espéré.

  • Posté par Grunchard Francis, mercredi 15 juillet 2020, 10:25

    Si on avait proposé 15-16 semaines au lieu de 18, cela aurait suscité bien moins de discussions. Tactiquement c’était une très mauvaise idée . Maintenant c’est trop tard , et les tergiversations continuent à enliser le vote espéré.

  • Posté par Dufranne Michael, mercredi 15 juillet 2020, 10:16

    Bonjour, Pouvez-vous remettre le bon lien pour le compte rendu des auditions d'experts évoqué au point 1 ? Aussi, pouvez-vous clarifier s'il s'agit des auditions qui ont eu lieu en commission santé pour cette modification-ci ou des auditions qui ont eu lieu en 2019 ? Merci !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs