Le constat de l’épidémiologiste Pierre Van Damme sur le Tour de France: «Il aurait été plus sage de ne pas l’organiser»

Photo News
Photo News

Alors que la saison cycliste est sur le point de reprendre dès le mois d’août, les coureurs s’entraînent assidûment pour être prêts lors des premières courses. Pourtant, le monde du sport est toujours sous la menace d’une seconde vague du coronavirus. Le Tour de France, épreuve itinérante, représente dès lors un risque important de propagation du virus.

Pour Pierre Van Damme, épidémiologiste, l’organisation de la Grande Boucle est une hérésie. « Il y aura beaucoup moins de plaisir pour les coureurs, les supporters, les soignants et les commentateurs », a indiqué le principal intéressé à VTM. « La question est de savoir s’il est toujours judicieux d’organiser le Tour de cette manière. Cela soulève beaucoup de questions. Et comment allez-vous garder le public sous contrôle ? Les fans peuvent se voir refuser l’accès à un certain nombre de cols, mais on ne peut jamais contrôler complètement un groupe de personnes ».

Et de poursuivre en étayant son propos. « Une fois la course lancée, le peloton devient une grande bulle. Que fera l’organisation en cas de test positif ? C’est à cela qu’ils doivent penser en ce moment. Il y a encore quelques réunions à suivre. Il aurait été plus sage de ne pas laisser le Tour se passer. On aurait pu attendre de voir comment l’Europe réagit à cette situation. Nous voyons quelques flambées de cas ici et là, montrons d’abord que nous sommes capables de maîtriser le virus ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous